Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Articles récents

Un spectacle ahurissant

4 Juillet 2018 , Rédigé par Kader Rawat

 

Scènes de la vie rurale

Ceci est un produit de l’imagination..

 Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé n’est que pure coïncidence. 

 

Un spectacle ahurissant

Après de vaines recherches sur les sentiers qui menaient vers Bel-Air, André descendit jusqu'au cimetière le Guillaume, passait par le chemin Summer et continuait sa route vers les écarts. En quittant le chemin de Sans Souci pour se diriger vers le captage des Orangers il aperçut, tout près de l'usine à cannes tombé en ruine, une silhouette qui se dirigeait vers une vieille cheminée. En se rapprochant de cette masse informe, ravagée par le temps et recouverte d'une couche abondante de liannes et de plantes grimpantes, André avait perdu de vue l'homme qu'il était venu chercher. Ses regards scrutaient les moindres vestiges de cet édifice terne et langoureux. Le lieu était réduit à jamais au silence. Il était vaincu par le malheureux sort de l'histoire et rappelait l'existence des hommes qui y ont vécu. Chaque pierre ciselée, incrustée et sellée par la chaux et le mortier, chaque objet de métaux aux formes géométriques, chaque pièce de bois servant de poutre ou de colonne, chaque signe était devenu patrimoine de l'île et avait une valeur culturelle telle que seuls les regards avisés pouvaient reconnaître. Abandonné par les anciens colons un demi-siècle auparavant, quand l'esclavage arrivait à son terme, les gibiers en avaient fait de ce moulin à cannes un repaire de prédilection, les pêcheurs de l'étang allaient s'y abriter le soir en faisant griller sous un feu de bois des tilapias, les chasseurs aussi se réfugiaient entre ces quatre mûrs froides et lugubres que les brouillards enveloppent de son épais manteau des fois l'hiver. Mais le climat doux de l'été, quand le soleil couche tard et se lève tôt, invite nombreux aventuriers et randonneurs, équipés des sacs à dos remplis des attirails et des victuailles, dans ces lieux charmants et agréables que les chants des hirondelles, des cardinaux, des martins, des serins et des moineaux retentissaient jusque dans le lointain. Quelques lithographies de Roussin dont l'inspiration avait été tirée par la beauté sauvage du site ont à jamais immortalisé des scènes pittoresques, dévoilant des séquences de la vie d'autrefois avec une précision étonnante. Les peintres vont souvent se ressourcer, s'abreuver, s'inspirer de la magnificence des vues panoramiques qui s'étendent dans la région, et qu'ils tentaient de reproduire avec tout leur talent sur des toiles qu'ils considéraient plus tard comme leur chef-d’œuvre. Les poètes ont leur imagination libérée et leur langue déliée devant un tel spectacle de grandiose et de splendeur. Un promeneur solitaire que la société à répudié, qui était à jamais marqué par les épreuves de la vie, qui menait un combat psychologique contre lui même, qui se trouvait face à un site naturel aussi clément et débonnaire n'avait aucune raison de sombrer dans un état misérable ni de s'apitoyer sur son sort. La nature qui se découvrait avec ses arbres gigantesques plantés par les anciens colons régénérait de l'énergie suffisamment importante pour gonfler le moral, pour redonner force et courage à l'homme, et pour amplifier le cœur d'amour, de sentiment, pour entretenir l'esprit, l'attacher à cette puissance spirituelle et abstraite. C'était à cela que Fabien s'accrochait quand sa mère n'allait plus le voir. Il avait cherché sa mère dans les sentiers qu'elle avait l'habitude d'emprunter pour venir le retrouver. Il avait tout d'abord commencé à nourrir la crainte de découvrir sa mère morte d'épuisement derrière de grands buissons, ou gisant dans le marécage au milieu des joncs, cachée par des papyrus et des songes. Il ne savait pas ce qui s'était passé mais son instinct lui avertissait que quelque chose d'important et même de grave était arrivé à sa famille. Cette nouvelle source d'inquiétude qui repoussa à l'ultime profondeur de sa mémoire ses propres griefs, ses rancœurs et son d'égout envers la société fit surgir de ses raisonnements personnels d'autres pensées prédominantes qui occupaient son esprit susceptible, sa mémoire transformée, ses sentiments fustigés. Il dirigea son attention vers son village dans sa maison où il imaginait que les membres de sa famille, qui comptaient tellement pour lui, étaient peut-être en difficultés et avaient besoin de son aide. Il ne s'était pas trompé. Perché en haut d'un comble dégarni dont le chaume découvrait un ciel azuré il guettait à longueur des journées les moindres mouvements en scrutant chaque recoin avec une minutieuse attention. C'était de cette manière qu'il suivait de ce repaire l'approche d'André, ses démarches pour se rassurer qu'il ne se rendait pas dans la région pour son plaisir mais pour apporter un message, une nouvelle qu'il attendait, qui lui était destinée. Fabien connaissait les moindres recoins de la région pour l'avoir parcourue de long en large depuis son enfance. En compagnie de son père autrefois il ne cessait de recevoir la recommandation de ne pas approcher trop près des précipices. Pendant la période des pluies il lui était strictement interdit de traverser les ravines en crues et de s'aventurer tout près des étendues d'eau formées par des creux naturels et des vases qui représentaient de véritables pièges aux imprudents. Combien d'animaux étaient découverts morts au fond de ces crevasses quand l'eau s'évaporait. C'était un spectacle ahurissant de voir toutes ces créatures victimes du fléau de la nature. Fabien, tout enfant, était surveillé de près par les membres de sa famille parce que des malheurs avaient déjà frappé des familles dont les enfants s'étaient noyés dans des circonstances demeurées encore mystérieuses. Les reliefs de ce paysage aux aspects divers présentaient les vestiges des multiples travaux entrepris par des hommes à l'époque de l'esclavage. Les  résultâts de ces travaux se mélangeaient aux décors naturels et inconstants. Des scènes pittoresques se découvraient par des infinis contours, des pentes sinueuses, des montés abruptes. Ils embellissaient une vaste étendue verdoyante et ondulée, décorées par une abondante végétation dont des bambous géants, des variétés de palmiers, et des arbres endémiques et d'autres espèces gigantesques répandues dans la région par l'Intendant Pierre Poivre et les premiers botanistes et agronomes. L'étang qui réceptionnait l'eau des plusieurs sources sortant des hauts gardait pendant les journées chaudes de l'été une fraîcheur qui permettait à Fabien de se reposer tranquillement jusqu'au couché du soleil. C'était là son refuge de prédilection et, le soir, il allait se coucher dans le moulin où il avait déjà préparé sa place dans une des pièces sombres et délabrées. D'habitude Fabien évitait de se découvrir et de se faire remarquer par des gens qui traversaient la région. Il avait le flaire sensible à force de s'habituer à épier, à écouter, à être attentif aux bruits et à tout ce qui bougeait. Pourtant quand André approchait tout près du moulin, Fabien ne se cachait pas. Il attendait au pied de la cheminée haute, à côté d'un amas de pierres taillées envahi par des liannes, en restant sur ses gardes. Soudain comme un éclair, un frisson lui secouait le corps. Était-il venu lui annoncer une mauvaise nouvelle? Était-ce à propos de sa mère? Il regardait l'homme en face pour la première fois depuis ce malheureux incident pour essayer de comprendre avant qu'il ne parle ce qu'il avait à lui dire. André hésitait un peu avant de se diriger dans sa direction. Il ne pouvait pas deviner sa réaction mais il était déterminé. Il était encouragé par le fait d'avoir pu trouver ce qu'il était venu chercher. Il le reconnut par les descriptions qu'Yvette lui avait mainte fois faites quand elle parlait de lui et qui correspondaient de loin à ce qu'il avait imaginé. Il aperçut à son étonnement un homme au visage ahuri dont les traits étaient tirés pour laisser apparaître des pommettes osseuses et saillantes, les yeux cernés, larmoyants, les joues recouvertes d'une barbe naissante, les cheveux ébouriffés et crasseux, la peau tannée, bronzée, brûlée même pour avoir resté trop longtemps sous un soleil ardent, les pieds écorchés, enflés. Les vêtements étaient sales et déchirés. André se tenait à une distance respectable et dit à haute voix: C'est à propos de votre mère. Elle est malade et souhaite vous voir. Fabien n'avait pas prononcé un seul mot tout le long du chemin qu'ils avaient fait ensemble pour se diriger vers la maison pendant qu'il commençait à faire nuit.

© Kader Rawat

Mon Site : https://www.amazon.fr/Kader-Rawat/e/B00C87MGFA/ref=ntt_dp_epwbk_0

Lire la suite

Un amour qui réchauffe le cœur

3 Juillet 2018 , Rédigé par Kader Rawat

 

Scènes de la vie rurale

Ceci est un produit de l’imagination..

 Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé n’est que pure coïncidence.

 

Un amour qui réchauffe le cœur

Le temps ne suffisait pas pour permettre à deux êtres attirés par des sentiments réciproques de découvrir un cœur atteint déjà par la flèche de Cupidon. Comment un être qui éprouvait des nouvelles émotions pouvait demeurer insensible devant de tel phénomène qui manifestait en elle. Ne voulait-elle pas vivre sa vie comme un être normal? Son cadre de vie, jusqu'alors l'avait fait imaginer un monde différent de ce qu'elle comprenait par les flots d'images qu'André injectait dans sa mémoire.

Avec un esprit embelli par les paroles soigneusement prononcées, des histoires intelligemment racontées, Yvette jetait un regard différent envers la vie qui avait apparu si monotone, si triste. Elle avait d'abord commencé à aimer à l'écouter parler. Sa voix retentissait à ses oreilles comme une musique agréable à entendre. Quand il se trouvait auprès d'elle pour la raconter des choses de la vie, elle se sentait envahi par un profond sentiment de réconfort, d'assurance. Son cœur était tellement comblé de joie que jamais avant elle avait ressentie pareille émotion. Elle n'avait aucune raison de confondre rêves et réalités. Elle avait bien un cœur qui se réchauffait par l'amour ressenti dans une telle dimension qu'elle n'en cherchait pas davantage pour aimer la vie. Fini le temps de la solitude et de l'obscurité, cause des troubles et des obsessions qui condamnaient les gens aux esprits démunis et pauvres à une vie recluse au fin fond des bois. La clarté du jour, le lumineux couché du soleil firent apparaître sur les visages épanouis et tant admirés de ces deux jeunes tourtereaux les moindres tressaillements. Engagés dans des conversations intéressantes et animées, les commisérations des lèvres, les froncements des sourcils, l'apparition des rides au dessous des yeux, les sillons formés sur le front, les tremblements de chaque brin de cheveux, les battements des paupières étaient des particularités qui n'échappaient pas à l'attention de l'autre. Le soir, au moment où les gens ordinairement se plongeaient dans de profond sommeil, Yvette, dans sa chambre obscure, revoyait les séquences de la journée défiler devant elle. Le visage d'André prenait des formes multiples, sa voix résonnait agréablement dans sa mémoire et ses gestes étaient remplis de grâce. Ainsi cette petite fille de campagne, au visage charmant et d'une beauté sauvage, qui était cachée encore derrière le masque de l'innocence quand elle n'avait pas pris la peine encore de se métamorphoser en femme, commençait pourtant de se regarder dans le miroir pour examiner les moindres replis de son corps dénudé quand elle se déshabillait le matin pour changer de vêtements. Ce regard machinal qui auparavant pouvait être considéré comme pudique ne l'était plus au moment que l'imagination examinait les parties sensuelles et touchait à la volupté. Tout le corps se désagrégeait en un champ de plaisirs charnels. La pensée autrefois innocente se décomposait pour transformer l'enfant en femme.

Elle ne regardait plus l'homme aimé de la même façon. Elle éprouvait des sensations étranges et incompréhensibles, avait envie de tendresses clairement exprimées par les regards, des câlins suivis de chuchotements des mots pleins de réconfort et d'assurance. Tout le plaisir de l'amour est là pour la femme qui au début n'en cherche pas plus. Lui n'avait autre but que de la bercer de cette illusion aussi longtemps qu'elle pourrait encore croire à l'amour éternel, à rêver de ce prince charmant qui descend de son cheval blanc pour venir retrouver sa bien-aimée et l'emmener avec lui pour vivre des multiples aventures palpitantes.

Cette histoire aurait pu ne pas avoir de suite quand un soir, à une heure avancée, la mère qui rentrait à la maison par un raccourci fut interpellée par quelques villageois qui l'informaient que sa fille, pendant son absence, rencontrait un jeune homme dont ils ignoraient l'origine. Une telle nouvelle était suffisante pour mettre la mère hors d'elle-même. Elle avait eu tellement d'ennuis, se faisait du souci pour son fils, pour sa fille Julie pendant des jours qu'elle ne voulait plus entendre parler une fois de plus de commérages dans lesquels un de ses enfants était impliqué. Elle rentrait à la maison en interpellant Yvette pour la demander sans faire de détour ce qu'elle pouvait bien faire en compagnie d'un garçon du village. N'avait-elle pas eu assez d'ennuis pour cette fois-ci devoir chercher des explications pour une question de mauvais comportement. Yvette devait déjà comprendre qu'elle n'était pas libre d'agir à sa guise et encore moins de se montrer dans la compagnie des hommes. Elle n'était plus un enfant et avait toute raison de se tenir correctement, d'éviter d'attirer sur elle l'attention des autres, de leur donner des mauvaises impressions. C'était vrai qu'elle ne faisait rien de mal mais est-ce que les gens eux pouvaient comprendre cela. Ce n'était pas nécessaire de faire la mine, de montrer une tête d'enterrement, de chercher à avoir raison. Quand le manque d'expérience pousse la jeunesse à commettre des bêtises, c'est aux grands d'intervenir, d'interposer pour leur ouvrir les yeux, pour leur montrer le chemin à suivre. Qu'est-ce qu'elle avait fait au Bon Dieu pour que ses enfants fussent les sources de tous ses problèmes. Elle ne parvenait plus à suivre le rythme de son existence, tombait malade les jours qui suivaient et restait clouée au lit. La fièvre s'était emparée d'elle, ne la lâchait plus. Yvette était désemparée et ne savait quoi faire.

Elle courait voir quelques personnes du voisinage et leur expliquait que sa mère était malade. Ils accouraient pour porter aide à la mère, préparaient des tisanes pour faire tomber la fièvre, demeuraient à son chevet pour la soigner durant la nuit.

 

Yvette s'enfermait dans la chambre à côté pour se mettre à genoux pour prier pendant que sa mère délirait, luttait contre la mort. La fille brûlait des cierges, fit des promesses pour que sa mère retrouvât la santé. André avait couru jusqu'à la ville en dévalant les pentes, traversant les rivières, contournant l'étang, prenant des raccourcies pour prévenir le médecin qui se présentait tard dans la soirée pour prescrire des médicaments qui permettaient à Mme Deschamps de se rétablir rapidement. Elle avait à peine la force de parler quand elle demandait des nouvelles de son fils Fabien, cherchait Julie et prenait la main d'Yvette qu'elle ne lâchait pas. Ses enfants étaient sa seule raison de vivre. Si elle se débattait contre cette maladie qui avait eu une telle emprise sur elle, c'était pour se retrouver auprès de ses enfants qui avaient encore besoin d'elle.

Yvette avait fait preuve de beaucoup de retenu dans ces moments difficiles. Elle avait fait comprendre à André qu'elle ne pouvait plus désormais le voir ni lui adresser la parole pour ne pas déplaire à sa mère. Il avait tout compris et s'était résigné à ne rien entreprendre qui pouvait nuire à l'existence d'Yvette. Personne ne s'était déclaré encore et le moment était mal choisi pour une telle démarche.

Mais les preuves et les marques d'amitié d'André pour la famille Deschamps avaient éveillé la curiosité des villageois. Sa mère qui était allée rendre visite à Mme Deschamps quand cette dernière était gravement malade avait remarqué Yvette qui était assise dans un coin avec des chapelets. Elle avait un visage qui exprimait une tendresse infinie, des yeux larmoyants mais remplis de bonté et de sagesse.

Elle n'avait pas pu s'empêcher de l'admirer. Elle avait tout de suite compris que son fils avait des intérêts personnels pour se dévouer ainsi à cette famille. Pour démontrer davantage ses bonnes intentions André décida un matin de se rendre dans les bois pour retrouver Fabien afin de lui prévenir que sa mère était bien malade et de tenter de le ramener à la maison si c'était possible.

© Kader Rawat

Mon Site : https://www.amazon.fr/Kader-Rawat/e/B00C87MGFA/ref=ntt_dp_epwbk_0

​​​​​​​

Lire la suite

Une mère dévouée

2 Juillet 2018 , Rédigé par Kader Rawat

 

Scènes de la vie à la campagne

Ceci est un produit de l’imagination..

 Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé n’est que pure coïncidence. 

 

Une mère dévouée

Mme Deschamps regagnait à chaque fois la maison l'esprit angoissé. Elle ne pouvait imaginer son fils en train de vivre comme un animal blessé au fond des bois. Elle était frustrée et, le soir, elle ne pouvait s'empêcher de verser de larmes par le gros chagrin qu'elle éprouvait en pensant à son fils. Elle était en train de ruiner sa santé sans se rendre compte. Elle n'avait plus le courage de se réveiller tôt le matin pour aller vendre des œufs et des légumes à la ville pour faire rentrer de l'argent. Elle commençait par perdre le goût de vivre en se retrouvant éloignée de son fils, séparée de l'être qui faisait tout son bonheur. Heureusement qu'Yvette était là pour s'occuper d'elle dans ce moment de tourment et de désarroi.

Pendant que la mère s'absentait de la maison confiée à la jeune fille Yvette à peine âgée de quinze ans, un jeune homme, qui parcourait la région un début d'après-midi l'ayant aperçue en train de faire sécher ses cheveux devant la porte, l'avait abordée et avait commencé à livrer conversation avec elle. Il s'étonnait de voir une belle fille perdre son temps dans une contrée peu attrayante. Il s'appelait André et venait de débarquer dans ce village avec ses parents. Ils sortaient dans les hauts de Saint-Gilles où leur maison était détruite par le feu. Ils avaient tout perdu dans ce malheur. Un parent lointain, une vieille tante malade qui habitait à l'extrémité du village, avait appris qu'ils étaient sans abri et les avait invités à venir s'installer dans une case qui était encore disponible, heureusement pour eux.

Des gens prétendaient qu'ils avaient apporté avec eux les disgrâces de Mme Desbassyns. D'autres disaient que la mère était originaire de Mahavel où la légende parlait de grand mère Kal, une esclave dévouée qui était allée se jeter dans les flots derrière son fils, après avoir juré fidélité à sa famille. Dès lors, pour prévenir la famille des malheurs qui la menaçaient, Grand Mère Kal poussait des cris lugubres qui effrayaient toute la région. Yvette ne connaissait rien de toutes ces histoires.

André par contre avait appris le malheur de la famille Deschamps parce que tout le monde en parlait encore. Il avait profité quelque peu de cette faiblesse pour livrer conversation avec la fille pendant longtemps en se tenant debout sous un grand manguier chargé des fruits juteux. Il se rendait souvent devant la maison pour s'entretenir avec la fille qui ne voyait rien d'inconvénient par ces marques d'amitiés dont le jeune homme en fit preuve. La mère ne fut pas informée de cet état de chose. Yvette craignait que sa mère n'approuvât pas une telle démarche et avait préféré garder le silence par peur de se faire réprimandée. Quand la mère quittait la maison pour aller retrouver son fils, Yvette commençait par s'ennuyer à ne rien faire. Elle voulait accompagner sa mère pour ne pas demeurer seule mais cette dernière préférait faire son chemin toute seule. Yvette acceptait mal l'idée de se voir délaissée, abandonnée. La mère l'avait bien fait comprendre qu'elle avait certaine responsabilité à assumer pendant son absence.

Son univers s'étendait jusqu'au mur en pierres d'un mètre de hauteur qui délimitait le terrain, et qui était bordé d'une rangée de jeunes cryptomerias qui projetaient à peine de l'ombre par un temps ensoleillé. Yvette permettait le jeune homme de l'accompagner quand elle allait faire un tour en fin d'après-midi dans le verger ou le potager pour se rassurer que personne ne s'y était introduite. En cette période où les arbres rapportaient des fruits en abondance, nombreuses personnes sans scrupules, sortant des autres quartiers, parcouraient la région pour profiter, en l'absence des gardiens ou des propriétaires, de cette aubaine. Quelques épouvantails étaient placés çà et là pour dissuader les animaux et les volatiles de se rapprocher. Des fers-blancs vides, avec un fer accroché à l'intérieur, étaient suspendus aux branches. Attachés par une longue corde qui traînait jusqu'au bas, ces fers-blancs firent de grands bruits pour effrayer les oiseaux quand la corde était tirée.

André avait pris l'habitude de venir retrouver Yvette régulièrement. Elle était des fois assise sous un grand tamarinier dont les branches, qui s'étendaient comme des tentacules, donnaient une fraîcheur délicieuse pendant la saison chaude de l'été. Yvette préférait attendre André dans cette place discrète pour lui écouter parler pendant des heures. Il avait toujours des choses à raconter, et ne se lassa jamais de puiser dans sa mémoire pour retrouver toutes les anecdotes liées à sa vie ou à l'existence des membres de sa famille. Il évoqua même l'histoire de Sitarane et de ses complices, et la terreur dans laquelle les habitants du sud vivaient cette époque du début du siècle. Loin de vouloir installer la crainte dans l'esprit encore fragile d'Yvette, André voulait tout simplement l'apprendre ce qu'il avait entendu lui même raconter par ses parents, et les gens de son quartier. Sitarane était une histoire qui remontait longtemps déjà, lui-même ayant été exécuté avec son autre complice Fontaine, il n'y avait pas lieu d'éprouver, en écoutant son histoire, une quelconque frayeur.

André était un beau jeune homme d'une vingtaine d'année, avec des cheveux roux hérités de sa mère, elle-même fille naturelle d'un bûcheron solitaire et d'une femme de petit propriétaire vivant au domaine la vallée. Une histoire d'adultère qui défrayait la chronique, et qui se terminait par une série de suicides et de meurtres, que les nombreuses enquêtes menées par la justice n'avaient pu élucider. Le bûcheron, responsable de tous ces malheurs, avait pris la fuite avec l'enfant adultérin, une fille qu'il confiait à des parents pauvres avant de disparaître à jamais dans la nature. Il ne voulait pas assister aux multiples règlements de compte entre membres de deux familles qui s'entre-déchiraient, s'engageaient dans des infinies explications, s'accusaient mutuellement d'hypocrite, de traître, de scélérat, d'infidèle et de tous les qualificatifs liés à la perfidie, aux mensonges et la fourberie. La décortication de telles accusations avait crée un climat de tension au sein des familles dont les membres ne cessaient de vociférer, de hurler à longueur des journées pour s'injurier en passant des menaces aux actes, ce qui avait en quelque sorte dégénéré à des conflits confus et incompréhensibles qui avaient entraîné la mort de plusieurs membres de deux familles impliqués directement ou pas dans cette affaire. Cette petite fille, la mère d'André n'avait jamais voulu savoir qui étaient ses parents. Ceux qui l'avaient élevée représentaient tout pour elle.

Nombreuses familles qui venaient de s'établir dans la région se confrontaient aux énormes difficultés. La rumeur circulait que l'arrivée de certaines personnes dans le village avait apporté la guigne, et plusieurs manifestations maléfiques, témoignées par des gens de confiance, commençaient par perturber l'existence des familles honnêtes et laborieuses. Certains prétendaient entendre des esclaves qui traînaient les chaînes parcouraient la région, en faisant des bruits épouvantables qui les empêchaient de dormir. Quelques disparitions récentes, et des corps des personnes mutilées et retrouvés au fond des ravines, confirmaient le fait que la malédiction s'abattait sur le village. A l'approche de la nuit les gens se barricadaient à l'intérieur de leur maison en consolidant portes et fenêtres, se regroupaient dans une seule pièce pour ne pas avoir à affronter les malheurs tout seul. Ils étaient pétrifiés par la peur, et restaient figés chez eux pour ne pas avoir à se confronter aux ténèbres effroyables, pour ne pas être victimes des assaillants mystérieux qui pouvaient surgir à tout moment, pour achever à jamais une existence à peine vécue dans ce lointain quartier, où la vie se déroulait au ralentie, où le temps s'était arrêté pour permettre aux autres de le rattraper.

© Kader Rawat

Mon Site : https://www.amazon.fr/Kader-Rawat/e/B00C87MGFA/ref=ntt_dp_epwbk_0

Lire la suite

Une vie qui bascule

29 Juin 2018 , Rédigé par Kader Rawat

 

Scènes de la vie à la campagne

Ceci est un produit de l’imagination..

 Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé n’est que pure coïncidence. 

 

Une vie qui bascule

Le lendemain matin quand Fabien comprit ce qui s'était passé, il éprouvait une telle honte qu'il quittait la maison pour aller se réfugier dans les bois où il ne voulait voir personne. Il ne daignait même pas aller prendre son travail où il n'avait pas de visage à montrer aux autres qui étaient informés déjà de ces fâcheuses nouvelles qui parcouraient la région comme la poudre d’escampette. Les gens le regardaient de travers quand il faisait tranquillement son chemin à l'orée des bois. Les jeunes filles qui auparavant voulaient se rapprochaient de lui s'écartaient de son passage et prenaient la fuite par peur qu'il leur fasse du mal. Il était devenu l'indésirable, le rejeté de la société qui ne lui accordait aucune chance de s'expliquer de ses actes et qui le condamnait sans avoir besoin de le juger.

La femme qui était la cause de tous ces malheurs avait disparu le soir même après qu'elle eût commis son forfait sans que personne ne cherchât à la retrouver. Ceux qui avaient organisé ce plan machiavélique avaient jugé bon de la ramener dans sa ville avant qu'elle ne parlât trop et qu'elle les dénonçât. Elle avait déjà commencé à démontrer quelques signes de faiblesse par des réponses maladroites qu'elle avait données au moment du fait quand des gens du village la posaient une foule de questions dont certaines restaient encore sans réponses. Quatre individus l'avaient accompagnée dans une charrette à bœuf louée pour l'occasion et éclairés tout le long du chemin par des fanaux accrochés à chaque côté des ridelles. Ils avaient ainsi parcouru jusqu'au matin, sans prononcer un seul mot, le long chemin en terre battue et sinueux qui reliait le petit village à la ville. Quand la femme descendit devant la station déserte pour prendre le premier train, le jour pointait déjà. Elle avait les paupières gonflées pour n'avoir pas fermé les yeux durant toute la nuit. Elle se dirigeait vers une fontaine publique qui se trouvait à côté de la station et avait aspergé le visage d'eau pour redonner une fraîcheur à ses joues pâles. Troublée, confuse et même honteuse à la lumière du jour quand elle avait à découvrir la vraie face au monde et non pas cette face cachée, dissimulée derrière le masque hideux de l'hypocrisie, de la vilenie et des bassesses. Elle savait qu'elle avait commis un acte ignoble en enlevant à jamais l'honneur, la réputation et la dignité d'un homme pour de l'argent. Mais que faire ? Elle en avait grand besoin et puisqu'elle n'avait fait qu'exécuter les ordres qu'elle avait reçus elle ne devait nullement s'inquiéter des conséquences. « Après tout, » se disait-elle, « comme je dois quitter le pays bientôt je n'ai ni de reproche à me faire ni de remord à laisser sur la conscience ».

Les hommes se sentaient soulagés quand elle pénétrait dans le compartiment vide d'un train qui quittait aussitôt la station. Quatre employés de l'usine à cannes sortant de différents coins de l'île venaient tout fraîchement de débarquer dans la région. Ils ne pouvaient ni supporter, ni tolérer, ni accepter que Fabien remplaçât quelque fois le maître pour les surveiller sur le lieu de travail. Quand le régisseur devait s'absenter pour quelques heures voir même pour une bonne demi-journée c'était à Fabien qu'il conférait la tâche d'intérimaire tout en lui donnant les instructions qu'il devait suivre à la lettre. Fabien ne faillit jamais à accomplir une tâche aussi importante avec dextérité, zèle et aptitude. Il avait su s'adapter au rythme qu'exigeait une telle responsabilité, répondre aux conformités de toutes les activités et en sortait à chaque fois très bien. Si bien qu'il avait éveillé dans le cœur de ses semblables de la jalousie, de l'envie et de la haine. Il avait payé en quelque sorte le prix de toute cette rancœur.

Il était désemparé, découragé, désespéré de constater combien il faisait objet de mépris, comment les gens manifestaient à son égard une attitude d'hostilité, de dégout, de hargne et de dédain. Il s'éloignait davantage, prenait la route de Mafate pour panser ses plaies dans le lit de la Rivière des Galets. La mère devenait folle en constatant que son fils qu'elle aimait tant ne rentrait plus à la maison. Elle le cherchait partout en s'aventurant jusqu'au fond des bois où elle risquait même de se perdre et de se faire attraper par la nuit quand un malheur pourrait arriver facilement. Il se cachait dans une cabane abandonnée où elle parvenait à le retrouver affaibli. Il avait à peine le courage d'aller plus loin, de se perdre dans le cirque de Mafate où personne ne pouvait le retrouver et où il pouvait vivre sans avoir besoin de supporter tous ces supplices. Son existence n'avait aucun sens et jamais l'idée de se donner la mort ne lui fut aussi proche. Elle le suppliait de rentrer à la maison, de ne pas tenir compte de ce que les gens pussent penser et dire. Elle avait besoin de lui pour vivre. Il était pour elle tout ce qui était de plus précieux sur cette terre. Il ne devait pas la rendre malheureuse en la délaissant toute seule. Elle était même prête à quitter la région si cela pouvait faire plaisir à son fils. Elle était aussi d'accord de le suivre où il désirait pour commencer une nouvelle vie ailleurs. Que n'avait-elle pas suggéré de faire pour ramener le fils à la raison et pour l'empêcher de commettre une bêtise. Il s'était jeté aux pieds de sa mère pour implorer pardon, mille fois pardon pour ce qui s'était passé. Elle lui avait pris comme un enfant dans ses bras et l'avait assuré en le serrant fort contre elle qu'elle ne lui tenait nullement rigueur de ce qui s'était passé et qu'elle désirait ardemment avoir auprès d'elle son fils qu'elle chérissait tant et qu'elle ne supporterait jamais de perdre. Elle marchait plusieurs kilomètres par jour pour apporter de la nourriture à son fils. Des gens qui la croisaient en chemin prenaient pitié d'elle mais ne faisaient rien pour l'empêcher de s'enfoncer davantage dans le fond des bois. Elle ne craignait pas les intempéries si occasionnelles pendant cette saison chaude de l'année. Elle poursuivit sa route pendant des heures avant de retrouver son fils qui l'attendait quelque part dans la nature. Cette rencontre devenue si fréquente apportait dans le cœur de la mère et du fils une joie qu'il serait difficile à définir et seulement une telle complicité parvenait à entretenir l'espoir perdu dans l'esprit ravagé du jeune homme et à permettre à la mère de continuer à vivre sa vie auprès de son fils bien aimé. Combien de temps une telle liaison pouvait durer sans qu'il n'y ait rupture ou imprévision? La mère pouvait le faire toute sa vie si c'était pour sauver son fils. Mais le fils comprenait-il les épreuves qu'il faisait subir à sa mère devenue de jour en jour faible et abattue? Il le savait mais ne pouvait rien.

Il avait besoin du temps pour se remettre de la situation. Il se rendit souvent en haut d'une falaise pour contempler l'infini qui s'étendait au bas avec espoir de retrouver la confiance qui lui manquait pour affronter l'avenir. Sa blessure récente et profonde l'accablait à tel point qu'il cherchait à se réfugier constamment derrière cette honte hideuse qui lui fit imaginer avoir perdu honneur et dignité. Il se reconnaissait comme l'ignoble individu qui semait la terreur dans son petit village où les gens le prenaient pour ce monstre de Mr Hyde que Robert Louis Stevenson créa dans son fameux roman. Il était aux prises des fois à de terribles dépressions qui ravagèrent l'intérieur de son être et, si sa mère n'aurait pas été là pour lui apporter consolation et espoir, longtemps il aurait sauté dans le vide pour s'écraser dans un abîme profond.

© Kader Rawat

Mon Site : https://www.amazon.fr/Kader-Rawat/e/B00C87MGFA/ref=ntt_dp_epwbk_0

Lire la suite

Les charmes de la vie champêtre

27 Juin 2018 , Rédigé par Kader Rawat

 

 

 

Scènes de la vie champêtre

Ceci est un produit de l’imagination..

 Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé n’est que pure coïncidence. 

 

Les charmes de la vie champêtre

 

La jeunesse a toujours été avide de distractions et les plaisirs les plus raffinés ne se découvrent que parmi les femmes aux mœurs légères. Fabien avait connu les jolies filles de son village qui lui avaient toujours inspiré le respect et l'admiration. Il les rencontrait très souvent dans des fêtes et des soirées organisées par des voisins et des amis. Des fois Fabien descendait en ville en compagnie des camarades pour s'amuser dans des cabarets et des hôtels. C'était dans ces circonstances qu'il connût des femmes qui surent lui faire découvrir l'amour et les affinités. Il ne fit jamais mention de ses nuits d'orgies quand il fut interrogé par sa mère qui était très attentionnée de ses moindres occupations. Cette habitude qui devint plus tard une faiblesse ne fut pas ignorée par certaines personnes du village qui surveillaient ses moindres mouvements et qui ne semblaient pas lui porter haut en estime. Sa réputation et les bonnes choses qui se disaient sur lui n'étaient pas pour plaire à tout le monde. La jalousie, les rancœurs, la haine, la soif de vengeance s'installèrent dans le cœur des personnes d'esprit étroit qui ne trouvaient de soulagement qu'en cherchant à faire du tort à autrui et en rendant l'existence des autres impossible, difficile, pénible. Et les histoires de femmes qui embrouillaient même les meilleurs des amis, rompaient les relations des voisins, éloignaient parents impliqués dans des infinies explications et disputes, gâchaient souvent les charmes de la vie champêtre et apportaient amertumes, dégoûts et mélancolies. En tout cas Fabien lui-même ne pouvait pas se rappeler en quelle occasion il aurait pu se comporter de manière à ce que ses meilleurs amis s'éloignaient de lui sans lui donner aucune explication et lui tenant rigueurs et se jurant de lui en faire payer. Qu'avait-il fait de si grave qu'en peu de temps il s'était crée d'ennemis qui lui en voulaient du tort ? Sa manière désinvolte, son air insouciant, ses habitudes de plaisanter n'avaient pu éveiller en lui le moindre soupçon à l'égard des amis auxquels il faisait confiance.

Un petit groupe folklorique, délégué par la mairie de la contrée, avait l'habitude depuis de nombreuses années d'animer le quartier le soir de Noël. Il était des fois accompagné d'une troupe sans prétention qui était devenue célèbre pour avoir participé dans plusieurs animations importantes organisées dans l'île. Depuis plusieurs jours des employés de la commune s'occupaient à mettre en état un ancien bastion qui abritait auparavant des soldats qui se trouvaient dans la région. Cette vieille bâtisse en décrépitude cachait encore derrière ses façades ternes et couvertes de mousses et de lichens quelques décors que les animateurs sauraient mettre en valeur afin d'en faire ressortir un lieu où des représentations pouvaient être données dans les meilleures conditions possibles. Quelques volontaires du quartier s'étaient joints au groupe pour ériger une estrade avec de solides poutres en bois récupérés çà et là dans la ruine. Divers arbustes exotiques plantés dans d'énormes bacs à fer-blanc servaient de décoration et donnait un aspect tropical. Les bananiers à larges feuilles et les palmiers multipliant avec ses troncs à côtes marquées côtoyaient les fougères et les lataniers de chine avec ses feuilles palmées. Les travaux avaient pris de telle ampleur que la veille de Noël tout était déjà prêt. Un grand feu de bois était allumé à peu de distance de l'estrade et à l'approche de la nuit, quand les flambeaux éclairaient les coins obscurs et le son de maloya se fit entendre jusque dans le lointain, les gens portant leur habits neufs quittaient leur maison pour se diriger vers la fête qui avait commencé déjà. Ils pressaient les pas pour être parmi les premiers à occuper les meilleures places afin d'assister avec grands intérêts aux spectacles programmés pour la soirée qui habituellement terminait tard. Tandis que les gros bois secs brûlaient en lâchant de longues flammes jaunâtres qui chauffaient les ravanes en même temps qu'elles répandaient une lumière éclatante, quelques hommes vêtus en caleçons à taille baisse et retroussés jusqu'aux mollets, des chemises imprimées attachées en nœuds croisés au niveau de nombril, et des femmes en longues robes à fleurs et traînantes avec des plies firent leur entrée en scène et commençaient à exécuter une danse rythmique dont la chorégraphie épousait bien la musique traditionnelle de séga maloya. Chaque coup de rein à gauche et à droite correspondait au battement de la ravane et les pieds nus qui traînaient dans la poussière firent virevolter le corps emporté par les vagues de la musique entamée. Les hommes se cambraient comme pour faire révérence aux dames qui redressaient la tête en continuant à balancer les épaules et en tenant dans leur main l'extrémité de leur robe pour exécuter des figures qui soulevaient l'enthousiasme des spectateurs. Les chants entonnés à gorge déployée par un des chanteurs du groupe firent entendre les paroles composées en patois dérivant du français par un poète en herbe du pays et racontant la misère, la souffrance, la joie, les amours, les aventures des habitants de cette île. Les enfants étaient assis sur des nattes de vacoas étalées par terre et les femmes occupaient les bancs installés en plusieurs rangées de demi-cercle devant la scène. Elles laissaient échapper de grands éclats de rire sonores qui retentissaient jusque dans les bois. Quelques amoureux se cantonnaient derrière les grands arbres en trompant la vigilance des parents qui les avaient complètement oubliés en livrant conversation avec des gens qu'ils avaient longtemps perdus de vue. Les hommes étaient réunis par petits groupes de part et d'autre. Certains étaient debout sous un grand nattier pour blaguer en regardant en même temps les spectacles; d'autres étaient assis sur des rochers avec des bouteilles de rhum, de vin pour se saouler. Loin dans le bois la lumière étant plus rare, l'obscurité prédominait et seulement ceux que la fête n'intéressait pas s'y aventuraient. L'organisateur de la fête avait pensé à tout, même aux imprévus. Quelques hommes étaient désignés pour s'occuper de la sécurité afin que la fête soit célébrée dans les meilleurs conditions et qu'aucun incident ne causait ni trouble ni perturbation.

Il était tôt encore quand Fabien, suivi de sa mère et d'Yvette fit son apparition. Il les accompagnait jusqu’aux rangées des bancs, avait attendu qu'elles trouvent des places pour s'asseoir avant de retourner auprès des amis et connaissances qu'il avait remarqué à son passage. Il avait porté pour l'occasion un pantalon à côtes de couleur noire qu'il avait acheté la dernière fois qu'il s'était descendu en ville, une chemise blanche à rayures grises et un gilet gris foncé que son patron lui avait fait cadeau. Il avait attiré l'attention de beaucoup de belles jeunes filles du village qui jetaient sur lui à plusieurs reprises des regards qui exprimaient le désir de se faire remarquer durant la soirée.

Ce soir là quelques amis avaient entraîné Fabien dans un petit coin tranquille et l'avaient ingurgité de la bière, du rhum et de vin jusqu'à lui faire perdre la raison. Sa tête tournait tellement qu'il titubait en marchant et après avoir fait quelques pas il vacillait, culbutait contre les racines des arbres ou des rochers et tombait à plusieurs reprises avant que la main tendre d'une belle femme lui était tendue.

Entretemps sur la scène quelques travestis amusaient la foule en imitant quelques personnages bien connus de l'époque et en citant des phrases qui mirent les gens en délires. Un spectacle monté par des professeurs de l'école du quartier et joué par les élèves racontait un épisode de l'histoire de l'esclavage qui avait ému et attendri plusieurs personnes qui avaient les yeux remplis de larmes tandis que d'autres en versaient déjà. Un grand calme régnait parmi les spectateurs et quand un prestidigitateur de renom fit quelques numéros de magie dignes d'applaudissements la foule hurlait une fois de plus de toutes ses forces et les tambours résonnaient encore plus fort.

Les individus qui ne se trouvaient pas très loin et qui avaient entendu ces cris stridents et distinctifs de détresse dans la nuit ne pouvaient pas les confondre aux tumultes de la foule enthousiasmée, aux braillements des chanteurs à la voix rauque et aux paroles incohérentes. Ils se précipitaient vers la case en paille pour délivrer la femme qui se débattait pour sauver son honneur tout en rouant de quelques coups de pieds l'auteur de cet acte ignoble, vile, odieux qu'ils parvenaient à retenir dans la pénombre. Quand la nouvelle fut répandue dans la fête et que les gens courraient pour voir ce qui se passait, combien n'étaient-ils pas étonnés de reconnaître Fabien dans un état déplorable. Comment avait-il pu commettre un tel acte, lui qui n'avait jamais une seule fois manqué de respect à personne dans le village, lui que tout le monde ou presque aimait, admirait, respectait, lui qui était la fierté de sa famille, le modèle de la société. Que s'était-il passé, se demandaient les gens du village, pour qu'il aurait pu faire une telle chose ? Du jour au lendemain le destin de Fabien basculait. Certaines personnes, en écoutant la femme raconter comment Fabien s'était montré irrespectueux, entreprenant, grossier, brutal à son égard, avaient voulu ce soir même le chasser du village, le traîner jusqu'à la gendarmerie au bas de la ville pour qu’il explique de ses actes mais la femme, retenue au dernier moment par un sentiment d'amour propre, de pudeur, de honte d'avoir joué cette comédie avec autant de réussite n'avait pas voulu déposer plainte. Elle en avait fait trop et se sentait déjà coupable d'avoir accepté, pour de l'argent, de faire cet homme subir une telle humiliation.

Mme Deschamps s'était précipitée au secours de son fils, l'avait tenu dans ses bras fragiles et avec l'aide d'Yvette qui comprenait à peine ce qui se passait, l'avait emmené à la maison. Ils traversèrent le village la tête baissée pour ne pas regarder les autres en face quoiqu'il faisait nuit et que la consternation sur les visages des autres était flagrante.

 

© Kader Rawat

 

Mon Site : https://www.amazon.fr/Kader-Rawat/e/B00C87MGFA/ref=ntt_dp_epwbk_0

​​​​​​​
Lire la suite

Les gens du village

26 Juin 2018 , Rédigé par Kader Rawat

 

Scènes de la vie privée

Ceci est un produit de l’imagination..

 Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé n’est que pure coïncidence. 

 

Les gens du village

 

Il existe plusieurs raisons qui expliquent qu'une région se transforme en peu de temps en un petit village animé. L'île de la Réunion, à l'aube du vingtième siècle, offrait encore des petits coins très choyés sur le haut des collines, les flancs des montagnes ou les creux des vallées. Le nom attribué à chacun de ces petits villages est évocateur, imagé et se rapporte à un aspect de paysage, une condition climatique, l'abondance d'espèces végétales et bien d'autres exemples similaires. Il est tout de même amusant de prononcer le nom d'un village à travers un nom significatif. Notre curiosité nous incite à en savoir davantage. Mais quelque soit le nom que peut porter un quartier la raison qui pousse les gens à venir y habiter est partout la même et le principe non plus ne diffère pas. De nombreuses maisons s'élevaient comme des champignons dans la région pour la transformer en peu de temps en un village gai et mouvementé. Des gens qui venaient des quartiers lointains firent acquisition des parcelles de terre et s'y installèrent dans le but de spéculer et d'exploiter. Des terres en friches se convertissaient en fermes qui pouvaient accueillir de nombreux animaux; la dense végétation qui s'y était installée permettait de les nourrir ; les fermiers pouvaient enfin les vendre sur le marché local. Les planteurs exploitaient le géranium, le vétiver, l'ilang-ilang; le giroflier, la cardamone, le muscadier, le caféier, le vanillier, le thé, le tabac, le coton, le cacao et la canne à sucre. Les arbres fruitiers complétaient ces cultures même s'il fallait attendre des années parfois pour récolter les fruits. Certains habitants du quartier se lançaient dans l'élevage. Les artisans également s'installèrent dans le coin pour compléter les multiples activités du village. Une forge fit retentir jusque dans le lointain les coups redoublés des marteaux sur l'enclume; des menuiseries, des boutiques, quelques distilleries, des épiceries donnaient une importance considérable à ce petit village et les gens qui trouvaient du travail n'hésitaient pas de construire des petites baraques pour s'y loger en faisant venir femmes et enfants.

Nous sommes en 1950 .

Fabien Deschamps travaillait pour le compte d'un riche propriétaire longtemps installé dans la région nommé La Petite France. La maison de style colonial construite au milieu du 18ème siècle surplombait une colline qui dominait la vallée qui s'étendait plus bas. De là se découvrait un magnifique paysage que les colons avaient pour habitude de contempler particulièrement au moment où le soleil se déclinait. La vue panoramique était d'une telle splendeur que l'imagination fatiguée par une journée de travail retrouvait facilement paix et sérénité. Les poètes n'eurent aucune peine à trouver l'inspiration qui leur permit de composer leurs plus beaux écrits.

Les allées bordées des rosiers, des marguerites, des tulipiers, des azalées étaient ombragées par des flamboyants ramenés de Madagascar, des eucalyptus d'Australie, des palmiers multipliant, des cocotiers et des lataniers de chine. Quelques talipots, des palmiers colonnes, des baobabs et des arbres du voyageur servaient d'ornement à l'étendu de pelouse qui encerclait la vaste maison entretenue par une vingtaine de domestiques dont Fabien en fit partie. La plantation de la canne couvrait plusieurs centaines hectares de terre pentue qui s'étendaient au bas. Plus loin des pâturages couverts d'herbes grasses abritaient nombreux bœufs, vaches, cabris et moutons. La ferme où logeait le régisseur se trouvait en aval d'une rivière qui traversait la région et qui se dirigeait vers la mer en alimentant villes et villages de son eau

Les chemins tortueux et caillouteux qui reliaient la maison aux propriétés étaient aménagés en sorte à permettre aux grands patrons de circuler facilement en voitures. Ces véhicules récents faisaient objets de curiosité des villageois et même des travailleurs qui cessaient leurs activités pour y jeter leurs regards admiratifs. Bien souvent la fin de semaine était animée par une fête organisée pour célébrer un évènement quelconque et nombreux personnels étaient retenus pour aider à préparer les tables, pour installer les tentes quand le temps était couvert, pour s'occuper des hôtes et pour exécuter les menus travaux nécessaires dans une pareille circonstance. Fabien était parmi ceux que le régisseur retenait en raison de sa compétence, de son aptitude, de son allure et de ses bonnes manières. Il fut très vite remarqué par son maître qui, en lui attribuant quelques responsabilités, s'étonnait de la rapidité avec laquelle il les exécutait et l'intelligence qu'il démontrait par l'accomplissement de ses travaux. Il eut la sympathie du régisseur qui n'était pas une personne facile. Fils des pauvres blancs de Haut son arrière grand-père était parmi les premiers colons à travailler pour le compte des gros propriétaires installés dans l'île depuis sa colonisation par les français au début du 17ème siècle. Logés dans une maison construite par eux-mêmes sur une parcelle de terre suffisante pour faire de l'élevage et la plantation s'ils le désiraient et dont ils feraient acquisition plus tard si les services rendus aux patrons étaient satisfaisants, ces petits colons menaient une vie à part, partagés entre deux mondes où, d'une part, richesses et luxures s'étalaient au grand jour et, d'autre part, misères et souffrances guettaient les pauvres. Leur milieu considéré modeste leur permettait de mener une vie marginale où ils essayaient de fuir la pauvreté mais sans jamais atteindre la richesse. Ils évitaient de se familiariser avec les gens pauvres mais aspiraient à se trouver dans la compagnie des gens riches et influents. Leur monde se resserrait et ils étaient obligés de se regrouper entre eux pour former une société où ils parvenaient de donner un sens à leur existence. Ils avaient toutes les chances d'observer, de comprendre, d'apprendre de quelle manière la vie devait être vécue et quelles étaient les sources de distractions qui pouvaient leur permettre d'apprécier davantage le monde. Le fait de côtoyer les grands leur donnait des aspirations, des nouvelles idées, de l'ambition pour progresser et pour se distinguer dans ce petit monde qui n'évoluait pas aussi vite qu'ils le souhaitaient. Acquérir le titre de colon n'était pas à la porter de tout le monde et le respect et la considération dont ils furent objet les propulsaient au devant de la scène, les faisant se donner l'allure des grands seigneurs aux yeux des petits paysans, des ouvriers, des travailleurs de champ. Avec une telle réputation, un tel pouvoir ils avaient toutes les possibilités de créer leur propre image selon leur tempérament, leur comportement et leur caractère. Un travail rigoureux, difficile durcisse l'homme, le rend méchant, intransigeant, détestable même. Heureusement que ce n'était pas le cas pour ce régisseur qui connaissait comment se comporter envers ses employés qui le craignaient, l'obéissaient en l'aimant bien. Fabien en tirait avantage de la situation en évoluant dans un milieu où il avait beaucoup à apprendre. Quand Fabien touchait son premier salaire il se rendait tout droit à la boutique du quartier pour s'acheter une bouteille de vin pour fêter l'évènement en compagnie de sa mère et de sa sœur Yvette. Enfin il allait pouvoir aider sa mère à payer les dettes sur la maison et le terrain. C'était une joie pour lui de se retrouver dans sa famille après une semaine d'absence passée dans le travail où il se couchait tard sur des paillottes pour se lever tôt le matin. Mais très souvent il pensait à sa mère et à sa sœur en se demandant ce qu'elles faisaient. Combien n'aurait-il pas aimé passer plus de temps dans leur compagnie. Il était content de constater quand il rentrait à la maison que les champs étaient verts et que les récoltes s’annonçaient fructueuses.

 Après des mois passés dans des durs labeurs, il devenait robuste, fort. Son corps se développait de telle sorte que même les gens de son quartier ne le reconnaissaient plus. Son visage autrefois juvénile devenait plus expressif et cachait souvent ses grandes ambitions sournoisement nourries au fond de son imagination perturbée par les doutes qu'il se faisait de l'avenir. Le désir d'entreprendre des actions concrètes, de lancer ses propres affaires au moment approprié lui donnait courage et volonté pour apprendre à devenir un bon fermier et un bon agriculteur. Il faisait toutes sortes de besognes à commencer par labourer la terre, creuser les sillons, planter les graines et les pousses des cannes, les arroser, mettre de l'engrais ou le fumier, préparer la récolte, transporter les produits à l'usine ou au marché. Dans la ferme il avait même aidé à mettre bas une génisse. Il s'occupait des bétails, les donnait à manger, les emmenait loin dans les plaines pour paître, les rentrait dans les écuries, trait les vaches et même transportait à des longues distances les animaux vendus pour les livrer à leurs nouveaux propriétaires. Ses journées étaient tellement chargées qu'il ne trouvait de répit que le soir dans une minuscule pièce à peine éclairée par une lampe à pétrole à courte mèche. Dans son village où il se rendait le samedi soir il allait souvent trinquer avec quelques amis derrière les boutiques. Il assistait des fois à des combats de coqs qui attiraient nombreux amateurs qui misaient gros en poussant des cris et des hurlements pour se marrer. Se rendaient ils compte que chaque coup de bec acéré qui faisait gicler le sang de son adversaire provoquait des douleurs que seul l'animal ressentait en gardant la tête aux crêtes meurtries haute pour ne pas succomber dans l'ultime effort aux assauts répétés? Les vices du jeu avaient enflammé l'esprit et le cœur des ces joueurs invétérés qui se passionnaient à martyriser, à faire souffrir et à enlever la vie de ces animaux en les faisant subir des pires souffrances. Quelle atrocité, quelle barbarie et dire que pour s'amuser il fallait en faire autant, il valait mieux s'en passer. Fabien n'en trouvait pas de plaisir à regarder un tel spectacle. Il préférait rentrer à la maison pour tenir compagnie sa mère et sa sœur Yvette.

 

© Kader Rawat

 

Mon Site : https://www.amazon.fr/Kader-Rawat/e/B00C87MGFA/ref=ntt_dp_epwbk_0

Lire la suite

La faim

22 Juin 2018 , Rédigé par Kader Rawat

 

 

Scènes de la vie privée

Ceci est un produit de l’imagination..

 Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé n’est que pure coïncidence. 

 

La faim

En été, quand nous nous regroupions dehors dans la chaleur accablante de la nuit, nous ressemblions à une tribu d'Afrique. Nos visages luisaient sous la lueur d'un feu de bivouac que nous avions fait pour chasser les moustiques. Les voisins venaient nous rejoindre et nous tenir compagnie jusqu'à fort tard. Les enfants jouaient et faisaient le tintamarre. Les grandes personnes parlaient de tous les potins de la ville. Je dormais à la belle étoile sur ma paillasse. Je me perdais des fois dans une profonde réflexion. Je voyais mon avenir sombre. Je n'avais pas d'éducation et ne savais pas faire grand-chose.

J'étais encore bien jeune et pouvais avoir encore seize ans quand, en rentrant à la maison un après-midi, je trouvais ma mère qui pleurait. Je voulais savoir ce qui l'avait mis dans un tel état. Elle m'apprit que mon père avait été renversé par un autobus et était gravement blessé. Il perdit dans cet accident non seulement sa jambe mais aussi son maigre salaire de fin de semaine qu'une personne sans scrupule et malhonnête avait assurément volé.

Nous demeurions deux jours sans manger. Cela avait laissé sur mon état d'esprit une étrange impression qui m'accompagne tout le long de ma vie. Mes frères et mes sœurs pleuraient et poussaient de cris parce qu'ils avaient faim. C'était pénible pour moi de supporter tout cela. Je résolus de quitter la maison ce jour-là pour ne retourner qu'avec les mains pleines de nourritures. Je me  présentais devant toutes les portes et passais dans toutes les rues pour chercher du travail. Personne ne voulait de moi. Ma déception fut grande. J'étais exténué quand la nuit tombait. J'implorais le Seigneur de m'aider et d'épargner ma famille des souffrances. Je m'appuyais contre le poteau d'électricité avant de reprendre la route en titubant. J'avançais dans le chemin défoncé, passant des fois sous les réverbères où des gens s'étaient regroupés pour parler. Je longeais les routes des boulevards, rasais les murs des grands bâtiments en pensant à mes frères et sœurs qui attendaient mon retour certainement.

Quand je passai dans un quartier mal éclairé, j'entendis quelques poules caqueter et j'eus l'effroyable pensée de les voler et les apporter à la maison. D'un seul bond, je me trouvais de l'autre côté du mur. Je tenais dans mes mains deux poules bien grasses en parcourant les rues. Je trouvais le parcours long et entendis même dans le lointain des voix qui tonnaient ‘au voleur, au voleur’. Mon imagination me jouait des tours. Mes escapades nocturnes me donnaient l'occasion de commettre d'autres délits. Je cambriolais des boutiques et volais des gens riches en pénétrant par effraction chez eux pendant leur absence.

‘Le bien mal acquis ne profite jamais.’ Le malheur était venu me frapper trois années de cela. Je me trouvais dans un lointain quartier quand un mauvais temps se déclarait. Le vent avait commencé à souffler si fort qu'il n'y avait aucun moyen de rentrer à la maison. C'était un cyclone qui durait pendant toute la nuit et toute la journée. Le pays avait subi à de grands dégâts. Les routes étaient coupées, les radiers submergés, les ponts emportés, des centaines de maisons détruites et de nombreuses personnes mortes ou disparues. Mes parents, toute ma famille étaient victimes de ce fléau. Je demeurais tout seul dans la douleur. Ma tante était venue me trouver une semaine plus tard dans un centre d'hébergement. Je me suis promis de ne plus jamais faire un travail malhonnête même s'il fallait que je crève de faim.

 

© Kader Rawat

 

Mon Site : https://www.amazon.fr/Kader-Rawat/e/B00C87MGFA/ref=ntt_dp_epwbk_0

Lire la suite

Un homme infidèle https://t.co/hDNRFFSwRq

22 Juin 2018 , Rédigé par kader rawat

Lire la suite

Un homme infidèle

21 Juin 2018 , Rédigé par Kader Rawat

 

 

 

Scènes de la vie privée

Ceci est un produit de l’imagination..

 Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé n’est que pure coïncidence. 

 

Un homme infidèle

 

Dans notre établissement, Edgar était parmi les premiers à avoir été employés dans la boite à son ouverture il y a vingt-cinq ans de cela. Il approchait déjà de la retraite et, entre lui et quelques autres employés, une longue amitié s'était développée qui leur permettait de se faire parfois des confidences notamment au cours de ces années glorieuses qui leur laissaient  toute liberté de s'exprimer quand l'envie leur en prenait. Edgar était considéré comme un de ces navires échoués dans la boîte à cause de la situation dramatique qu'il avait vécue dans sa vie sentimentale. Quiconque l'aurait connu personnellement ne pourrait échapper au récit de son histoire devenue une légende dans la boîte. A l'entendre se morfondre sur sa vie, des larmes risquaient de couler des yeux de ses auditeurs montrant le degré d'attendrissement qu’il était capable d’injecter dans leur coeur.

«Je le regrette toujours, racontait-il des fois à qui voulait l'entendre, d'avoir foutu ma vie en l'air pour une sale histoire de femme. C'était arrivé si bêtement que je n'en reviens pas. Ma femme qui m'avait toujours fait confiance ne cessait de me reprocher de l'avoir trompée pour une de ces traînées que l'on peut avoir pour moins que rien dans les bordels situés dans les bas quartiers de la ville. Nous avions pourtant connu ensemble des bonheurs intenses. »

Depuis qu'il était venu habiter la ville de Saint....., quittant un de ces endroits ternes des hauts, sa vie de famille avait connu de multiples bouleversements. Il était ce qu'on appelait à l'époque un vieux schnock. Il dépassait  déjà la cinquantaine et les quinze années de vie conjugale qu'il avait menées n'étaient que des souvenirs qu'il cherchait à partager avec ceux qui voulaient l'écouter pour ne pas se perdre dans l'intense solitude qui accaparait parfois son existence. Sa fille Judith, devenue déjà majeure et son fils Johnny âgé de seize ans souffraient énormément de son ménage brisé.

"J'avais connu ma femme Karine vers la fin de l'année 62," racontait-il une fois que nous nous trouvions au fond d'une grande salle de réception un après-midi de la veille de Noël alors qu’il avait bu quelques verres de whisky. "Je débutais ma carrière professionnelle comme agent d'entretien dans un de ces bureaux miteux situés dans la rue de la Compagnie. Elle commençait justement à travailler comme secrétaire quand mon patron me convoqua pour me proposer un emploi de coursier et une augmentation de salaire en même temps. Karine était une belle jeune fille créole de bonne famille qui habitait dans un modeste logement situé à la Source. Elle avait le teint clair, les cheveux coupés à la garçonne très à la mode à l'époque, portait des jupes courtes et avait une physionomie que je prenais plaisir à admirer quand j'allais prendre des colis et des lettres sur son bureau. J'avais l'habitude de partager avec elle un brin de conversation en la complimentant sur sa beauté et sa gentillesse. Elle se sentait au début très gênée et embarrassée mais n'avait pas pris le temps de comprendre que mes intentions étaient bonnes. Je l'épousai un an plus tard quand je commençai à travailler dans cette boîte comme employé de bureau. Un poste qui m'avait été attribué grâce à l'intervention de mon oncle qui avait des relations et qui fréquentait les gens de la politique. Le salaire que je touchais me permettait de louer une petite maison au Camélias. Ma femme et moi-même nous menions une vie sans histoires et remplie de bonheurs. Nous nous aimions à la folie et cela durait pendant plusieurs années. Les enfants que nous avions eus s'ajoutaient à notre joie et nous rapprochaient davantage. En vérité, il ne me manquait de rien dans la vie et je dois toutefois avouer que j'étais un homme comblé jusqu'à ce qu'il m'arrive ce qui devait arriver. Mais avec le temps, tout change. Tout l'engouement qui nous enveloppait le cœur au début de notre ménage rempli de promesses, de joies intenses et d’espoir, se dissipait au fil du temps avec les difficultés qui venaient entraver, ternir et obscurcir notre vie quotidienne. En voulant parfois fuir la monotonie de la vie conjugale, je cherchais la compagnie de mes anciens camarades d'école avec lesquels j'avais toujours gardé le contact après avoir mené la belle vie ensemble même après mes années scolaires quand j'étais encore célibataire et sans travail. Je refusais bien entendu de me rendre dans des boîtes de nuit pour me défouler. Mon intention était loin de chercher à m'amuser tout seul. Ma famille comptait énormément pour moi et je cherchais des occasions à rendre notre petite vie agréable. Ma femme me donnait, à l'époque où elle me faisait entièrement confiance, de telles libertés que je pouvais disposer de mon temps comme je le voulais. C'était ainsi que je rencontrais des nanas qui voulaient bien sortir avec moi. J'aimais trop ma femme pour chercher à flirter avec les autres. Mais entraîné par mes camarades qui m'exposaient à des situations où j'avais à défendre mon honneur et à faire preuve de mon tempérament chaleureux d’enfant des îles, je n'avais pas eu le courage de repousser des assauts défiant ma nature pudibonde et m'étais efforcé à démontrer ce que je pouvais bien valoir dans ce domaine. Des petites aventures sans lendemain me poussaient souvent dans les bras d'une de ces filles en chaleur, parfois une blonde aux cheveux bouclés fraîchement débarquée dans l'île, parfois une rousse pulpeuse et affriolante, pour me retrouver en train de m'envoyer en l'air avec elles dans des lieux discrets. »

 «  Tu n'as pas honte de faire de telles saloperies derrière mon dos, vieux cochon, gueulait ma femme bien plus tard quand elle avait appris la vérité. »

« Un collègue de travail, longtemps enfermé dans le cocon familial, éprouvait, avec une certaine hilarité, des réjouissances particulières en écoutant des histoires se reportant au sexe. Il était depuis peu au courant de ces exploits extraconjugaux et m'avait demandé de lui dénicher un rancard parce qu'il ne savait pas trop comment s'y prendre. Il était du genre timide et pas trop débrouillard et j'imaginais même qu'il était puceau. Donc je me disais que je ferais bien lui trouver une nénette qui pourrait lui montrer l'usage. J'en connaissais un tas qui pourraient faire l'affaire. Mais je préférais lui présenter une gentille petite femme qui venait de se séparer de son mari et qui saurait lui faire découvrir toutes les facettes des affinités qu’il méritait d'apprendre et de connaître et qui lui seraient de grande utilité quand il aurait à se confronter aux gourmandes et aux éternelles insatisfaites. Mais pour l'instant, le confier aux mains de cette femme me faisait avoir la conscience tranquille en évitant de le malmener, dépouiller, duper par des femmes dont certaines étaient dépourvues de tout scrupule. Il allait devoir se débrouiller dans ce stade d'apprentissage à la vie conjugale et aurait tout son temps à se former à cet âge adulte à connaître mieux ce que c'est que le sexe dit faible. Mais ce soir, alors que j'étais allé le présenter en même temps que le déposer chez cette femme, je fis la rencontre d'une autre femme métropolitaine, belle comme le jour, qui était venue passer ses vacances dans l'île et qui souhaitait trouver quelqu'un pour lui faire découvrir les merveilleux sites si convoités par des visiteurs. J'avais hésité une fraction de seconde, le temps de réaliser ce que je perdais si je ne réagissais pas dans l'immédiat, avant de dire que je me portais volontaire, que cela me ferait grand plaisir d'être son guide si elle n'y voyait pas d'inconvénient. Et elle me remercia avec enthousiasme et reconnaissance en fixant déjà l'heure où je devais aller la prendre le lendemain. Elle avait vingt-cinq ans mais en paraissait beaucoup moins. »

« J'étais loin d'imaginer les dangers que cela représentait pour mon ménage et n'étais pas si innocent ni ignorant que ça pour ne pas savoir que sortir avec des femmes dans des lieux publics était un risque énorme que je courais. Jamais mon ménage ne fut secoué ni ébranlé, par aucune de ces secousses conjugales qui démantèlent l'existence, pendant les dix premières années ma conduite était plus exemplaire que celle de nombreux hommes mariés qui me connaissaient bien et qui n'avaient pu faire long feu avec leurs épouses et se retrouvaient comme des épaves abandonnées en bordure des routes et s'étonnaient de me trouver en train de mener encore la vie avec mon épouse comme un vrai couple d'amoureux quand nous allions parfois dans les rues de la ville pour faire les magasins ou pour nous promener sur le front de mer, au Barachois pour admirer le coucher du soleil et pour y demeurer jusqu'à fort tard sous les lumières des réverbères. J'aimais trop ma femme pour essayer de me comporter de manière à éveiller en elle, si jalouse, si amoureuse encore, le moindre soupçon. Elle serait la femme la plus malheureuse au monde si elle apprenait sur moi des choses qu'elle ne devrait pas. C'était la raison pour laquelle j'agissais dans la discrétion la plus absolue. Quand je pensais à cette femme que j'avais rencontrée, je perdais tout mon sens de raisonnement et me laissais emporter par mes idées les plus fantaisistes qui m'entrainaient dans des aventures les plus palpitantes. La façon dont elle m'avait fait du charme m'avait fait presque tomber dans les pommes. J'étais à l'époque un de ces étalons chevronnés et réputés qui savaient comment combler une femme et la rendre heureuse dans ces ébats fougueux livrés dans l'ombre absolue, loin des regards indiscrets. Je dépensais des sommes considérables en louant des chambres d'hôtel pour commettre ce qui fut qualifié de saloperies, en achetant des vêtements de qualité que mon épouse elle-même n'aurait jamais imaginé pouvoir porter un jour, en menant la vie digne d'un nabab, sans me faire le moindre souci de la baisse considérable qu'accusait mon compte en banque jusqu'à ce que mon épouse qui tenait tellement à cette petite économie que nous avions réussi à faire au bout d'énormes sacrifices s'étonnait de l'hémorragie constatée dans nos épargnes et cherchait à en savoir les raisons. J'inventais toutes sortes de prétextes et trouvais des excuses valables tels qu'effectuer des réparations de la voiture, achats des pièces de rechange ou autres dépenses imprévues dont il n’y avait pas de traces étant donné que toutes ces dépenses s'effectuaient en argent liquide. »

« Ma femme ne se doutait de rien jusqu'au jour où je commis l'imprudence de faire entrer ma maîtresse dans ma bagnole. Je fus aperçu par une personne qui me connaissait bien et qui estimait beaucoup ma femme pour ne pas la mettre en garde de la liberté qu'elle me donnait et de la confiance qu'elle me faisait. Je ne pouvais pas savoir que mes faits et gestes étaient surveillés dans les moindres détails et que, peu de temps après, je fus pris en flagrant délit d'adultère. Je ne pus donner aucune explication. Ma femme me quitta sur le champ. J'étais allé lui présenter milles excuses, lui jurant de ne plus jamais recommencer sans qu'elle ne veuille entendre raison et avait entamé une procédure de divorce. Elle eut la garde des enfants et je me retrouvais tout seul, avec en prime le versement mensuel d'une pension alimentaire. »

Je l'écoutais parler longtemps de ses amertumes, de tous les malheurs qui s'étaient abattus sur lui dès lors, des regrets qu'il éprouvait de cette vie si tranquille qu'il menait avant de rencontrer cette femme, des remords qui accompagnaient chaque instant de sa vie, ne cessant de se morfondre sur un passé terni brusquement par ses fautes, de se maudire d'avoir ainsi gâché une vie entière. Il avait droit de voir ses enfants une fois par semaine et ne se pardonnerait jamais de s'être engagé dans un mauvais chemin. 

 

© Kader Rawat

 

Mon Site : https://www.amazon.fr/Kader-Rawat/e/B00C87MGFA/ref=ntt_dp_epwbk_0

Lire la suite

La femme voilée

19 Juin 2018 , Rédigé par Kader Rawat

Scènes de la vie privée

Ceci est un produit de l’imagination.

 Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé n’est que pure coïncidence. 

 

La femme voilée

 

Une femme voilée ne peut pas passer inaperçue dans une ville aussi moderne et ouverte que Saint-Denis, capitale de la Réunion, Département français situé au sud ouest de l’océan indien.

Je ne porte pas de voile pour me faire remarquer, ni pour attirer sur ma personne des regards remplis de curiosités. C’est un choix que j’ai fait et que j’ai voulu mettre en pratique pour respecter certaines croyances liées étroitement à ma religion qui ne regarde que moi. Je sais également que je n’ai des comptes à rendre à personne et que tout n’est qu’une question de conscience.

Ma conscience est tout à fait tranquille derrière le voile que je porte depuis quelques années déjà. Cela dit, avant que j’aie décidé de porter le voile j’étais comme toutes jeunes filles de mon âge qui évoluaient normalement dans une société moderne.

Je suis la cadette d’une famille nombreuse, composée de cinq frères et de cinq sœurs. Mes parents et grands parents sont encore vivants et habitent tous dans la même ville à quelques rues de distance. Quand nous nous réunîmes tous, particulièrement les dimanches, nous formons une très grande famille perpétuant la tradition et passant ensemble un moment agréable avant de nous retourner chez nous pour continuer notre train de vie.

Je suis mariée déjà depuis cinq ans et mère de trois enfants, deux garçons et une fille, tous en bas âge. Mais je dois toutefois avouer qu’ils sont toute ma fierté et ma raison de vivre. Mon mari exerce la fonction d’Imam à la médersa de ….. C’est un homme que j’avais vu pour la première fois le jour où il était venu à la maison pour me voir en vue d’une demande en mariage. Cela pourrait paraître tout de même étrange que dans ce temps moderne un mariage de raison est encore en pratique. Je n’ai aucune honte de l’avouer que s’il ne m’aurait pas plu je n’aurais pas dis oui. Toutes jeunes filles musulmanes qui s’engagent dans la voie matrimoniale doivent d’abord donner leur accord devant deux témoins qui viendront les interroger pour avoir la certitude de leur consentement. L’homme qui se présentait devant moi ce dimanche du mois de Décembre en présence de nos deux familles venait d’achever ses études de théologie en….. où il avait passé cinq années. Il était l’ainé d’une famille de sept enfants dont quatre garçons et trois filles. Il devait avoir environ vingt-cinq ans le jour où je l’avais vu. J’avais dix-neuf ans et après avoir décroché mon baccalauréat au lycée de … je n’avais plus poursuivi mes études. Mes parents m’avaient fait comprendre que je ferais mieux me marier et fonder une famille. Il est encore de coutume dans ces années 19... de garder ces vieilles traditions, d’écouter et d’accepter sans rechigner ce que les parents décident. Je m’étais élevée dans ces coutumes et traditions et je ne regrette rien de ces merveilleux moments que j’avais passés sous le toit paternel où j’avais acquis tous les apprentissages de la vie.

Mon père exerçait son commerce de prêt à porter dans la rue …., pas trop loin de la mosquée, un emplacement bien situé pour faire des bonnes affaires. Nous étions comptés parmi les familles aisées et respectueuses de la ville et avions une certaine notoriété. Notre cercle familial s’étendait jusque dans les villes de l’ouest et du sud de l’île où bon nombre des membres de la famille mène une existence tranquille et sans histoires. Nous nous rencontrions souvent lors des invitations lancées par un membre de la famille et passions ensemble des moments agréables. Nous recevions aussi chez nous de la famille que nous avions invitée et faisions notre possible pour les faire plaisir. Notre maison était de construction récente et possédait toutes les commodités pour permettre aux invités de se sentir à l’aise. Le grand jardin aménagé à l’arrière cour donnait de l’espace et une fraîcheur qui apaise l’esprit. Une fragrance émanée des fleurs récemment plantées apportait un bien-être que quiconque voudrait profiter. J’aimais me retrouver dans ce petit coin tranquille quand j’avais besoin un peu de solitude.

Ce dimanche que je m’étais présentée devant l’homme que je devais épouser, je me trouvais seule dans ce petit coin du jardin, assise sur la balançoire qui m’avait bercée depuis mon tendre enfance. Je réfléchissais sur mon sort et sur l’importante décision que je devais prendre. Ma grande sœur qui m’avait remarquée était venue me voir pour me parler. Elle était mariée déjà et mère d’un fils de trois ans. Son mari était dans l’éducation nationale. Il était professeur d’histoire-géo et exerçait au collège...   

– Et alors ? Il te plait ? me demanda ma sœur.

Elle était ma seule confidente. Avec elle je partageais mes secrets, mes peines et mes joies. Quand j’avais besoin des conseils, c’était vers elle que je me tournais. Je savais que je pouvais la faire confiance quand j’avais une importante décision à prendre ; elle allait m’éclairer les idées, me montrer le chemin à prendre, me prévenir des pièges de la vie.

– Il n’est pas si mal.

J’avais sorti cette réponse instantanément, pour tout simplement donner cette première impression que j’avais fait quand je l’avais vu.

La coutume veut que le garçon, accompagné des membres de sa famille vient rendre visite dans le but de voir la fille. C’était tout de même pour moi un moment où je sentais monter la pression au plus haut niveau. C’était comme passer un examen d’évaluation sur soi-même. Je savais que j’avais tous les atouts pour plaire. Je ne me faisais pas des inquiétudes de ce côté-là. Mais de se présenter devant les gens qui sont venus exprès pour vous regarder, pour vous examiner dans les moindres détails, pour observer vos mouvements me paraissait d’une ridiculité pas possible. Je sentais comme une bouffée de chaleur me monter au corps quand ces regards insistants étaient braqués sur moi. J’avais une envie terrible de me lever et d’aller me réfugier quelque part. Je ne savais pas ce qui me retenait. Mais heureusement que dans des circonstances pareilles quelques voix se firent entendre pour détendre l’atmosphère, pour faire s’élever quelques éclats de rires et pour dissiper cette lourdeur crée parfois par un silence absolu.

C’était la première et seule fois que je me trouvais dans une telle situation. Il aurait pu y avoir d’autres occasions si un de nous deux concernés aurait exprimé un refus. Mais tel ne fut pas le cas.

La tradition le veut que c’est le garçon qui donne la réponse en premier. Cela peut se faire le jour même de cette rencontre ou cela peut prendre quelques jours supplémentaires voir même une semaine ou deux. Mais la décision finale revienne à la fille. Si elle n’est pas d’accord, si elle hésite encore avant de se décider, si elle veut prendre davantage le temps de réfléchir, elle est dans son plein droit.

Quoi demander de mieux ?

 

 

© Kader Rawat

 

Mon Site : https://www.amazon.fr/Kader-Rawat/e/B00C87MGFA/ref=ntt_dp_epwbk_0

 

 

Lire la suite
<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 > >>