Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Articles récents

A love of youth Chapter 11

14 Juin 2013 , Rédigé par Kader Rawat

A love of youth 
 

 

It was at the beginning of 1977, a year that started well for me. After an unforgettable Christmas with friends and a year’s party in joy and fun, Akbar and I boarded on a Boeing which landed thirteen hours later on the new airport in Gillot. Akbar was not informed of the real goal of this journey. I had spoken very little of my parents to him. But I had told him that we were going to visit my native island. He asked me lots of questions about myself. I was happy to answer to him and explain things in details.

I wondered about the transformations that I noted on the infrastructure of the island. The city of Saint-Denis that I left ten years ago had changed a lot. The housing estates that had been built everywhere in the free spaces had absorbed many families who lived in shanty towns. The streets were crammed of brand new vehicles from various origins. The stores were renovated and full of luxury goods. Numerous old buildings were rebuilt, fronts were refreshed, and walls painted. People wore dresses made by famous international dressmakers.

The city smelled like wealth and opulence. The taxi drove along Rue Maréchal Leclerc to allow me to admire the City. The streets were clean and the traffic was regulated by traffic lights. However, the heat was oppressive.We had left snowflakes in Paris and we were now under the ardent rays of the sun.

The taxi dropped us off in front of The Meridian hotel before midday.I took a shower, ate a very copious lunch, a typically Creole dish and spent the afternoon resting in my room. A strange sensation invaded me. Around five hours, when the sun began to decline behind Place of the Barachois, I sat next to the window to contemplate the sea that spread in front of me. Exhausted by the long journey, Akbar woke up a little later; I was ready. I changed his clothes and we left to go for a walk in the streets of the city. We went to Rue de Paris. We walked slowly on the sidewalk where we could take advantage of the shadow of the buildings that bordered the street. People went to the cathedral. The students left the academic center.We headed to the war memorial. Akbar brushed his fingers against the grids that surrounded the garden next to the Prefecture. While walking up this street in the direction of the State Garden, I planned to go along the home I left ten years ago in Rue Monseigneur de Beaumont. Some cars were waiting at the traffic lights. The motors were running in order to demonstrate the anxiety of the drivers to go back at home after a day at work. A lot of women were driving their car.Taxis were rare. There were not bicycles that blocked the circulation. On the other hand, some motorcycles often passed with infernal noises. As it was midway, the bell of the cathedral rang. Akbar was thirsty. There was no shop around. We went along the museum Léon Dierx. The long shadows of the buildings and the big trees announced the arrival of the night. We crossed the Rue de Paris and we took Rue Monseigneur de Beaumont. Many memories crossed my mind while I walked on the sidewalk, holding Akbar by the hand. I told him about some of my thoughts that reminded me marvelous moments I spent in this place. He listened to me and asked me questions I was pleased to answer.

My heart was beating faster when I approached the house of my parents. The old portal made of wood was replaced by another made of iron and gray sheet metal. The street was deserted. Some cars were parked on the left side. We stopped at the corner of Rue Jules Auber and waited for some instants. I hesitated before going to knock at the door of my parents. Akbar didn’t understand the situation. He wanted to cross the street. I saw a metropolitan youngster who left by the portal. He was coming in my direction. I seized the opportunity to ask him if he knew the owner of the house he just left. He was the son of the owner. His parents had bought the house from an Arabian family eight years ago as he was in high school.He knew nothing else and could not provide more information. He proposed me to meet his father if I wanted to know more. I accepted and thanked him infinitely. His father was an old man who received me in his living room. He was very talkative and put me at ease. He wanted to know what kind of relationship I had with Mr. Issopjee. I didn’t want to tell him the truth. I tell him that I was a remotely related niece and that when I was young, I had spent some days in the house. As I was a few days on the island, I wanted to say hello to the parents before leaving for France. He believed me and spoke to me about Mr. Issopjee. When he taught me that Mr. Issopjee had sold the house because he had lost his wife, I was shocked. I did not say a word anymore and went back to my hotel like a zombie. I cried all night long.

I decided to go to see my father in his workplace.I went to his office the following day early in the morning. When I presented in front of him, he could not believe his eyes. He was moved. He shed tears of joys while hugging me. I saw his deep pain. I could read it on his face. He picked Akbar up and took him in his arms.I shed tears because of the deep emotions that touched my heart. He insisted that I come home. While taking me home with my son, he told me that he had married another woman and wanted to introduce her to me. I met her a little bit later and found that she was pleasant. My father wanted me to come and settle home. There was some place for me and my son.The house was big. I would have the first floor and would not be disturbed. He could not accept the idea to see me staying in a hotel whereas his house had so many rooms. I didn't want to hurt him and accepted to go to live at home.

My father hid nothing of what happened since I had left.He informed me of the distress that had taken him and explain why he found no consolation after my mother's death. He had very few people to confide in and he had nobody to that to share his pains, and find relief. The comfort he received from friends was not sufficient to help him to overcome his sadness. For him it was the punishment he could never forget and he needed a lot of courage to fight in such a hard moment of his life. After losing me, the only person who remained, disappeared in an atrocious and brutal way, without he could use his power, nor his influences, nor fortune to solve the situation.

His relationship was limited to his professional activities. He never invited people at home and never received them when someone came to knock at his door. He became withdrawn and sedentary who had lost the joy of life. He looked at the existence with a total indifference. The fortune would not mean anything anymore for him and the popularity was the least thing of which he aspired.The deep pains caused by his wife's atrocious death were sensible during several months during which he took refuge in religion.

My intention was not to stay in Reunion for a long time.It was for this reason that I didn’t want to hide anything to my father. One Sunday afternoon, when we were at Plaine des Palmistes in a superb house my father had recently bought, I took my courage, and while being alone with him, I told him the story of my life.The summer is especially rainy in La Plaine. I liked the tropical climate a lot.It is what I missed in France. I liked the vagary of the weather and the shades of the nature. I was used to the cold weather and had experienced rough and hard climatic conditions. I felt an attraction and admiration for the cyclonic weather. It is very possible that the whistling of the wind and the raging of the nature had on me a certain fascination but I can stay a long time looking through the window at this strange phenomenon. I feared the damages caused by the passage of a violent cyclone; maybe it reminded me some bad memories. My father became attached to me; his behavior caused the jealousy in the heart of my stepmother who was cold with me. I could also hear the irritation in her voice and exasperation in her gestures. But I had not taken all this into consideration thinking that I may be imagining it.

My father was very thoughtful and listened to me with a certain admiration that made me understand that he really loved me. I was convinced that I probably reminded him my mother and that he saw in me the features of characters he didn't want to forget. He searched for my company as soon as he came back home.

I had the intention to spend on the island a month vacation to take advantage of the beach and rest if possible. But my father's presence changed all my projects in a way. I was certain I brought a lot of joy in his heart. Akbar was spoiled by the number of gifts he received during the few days he was on the island. I wanted to settle things with my father.I went to his office the day I had to travel. We talked for a long time during which he informed me of his business. He wished me to come back to live in Reunion. He promised me a furnished house and I would work as a sales manager in his company if I wanted to work. I explained him that I loved staying with him, that his proposition was really kind but that I had to go back to France. He made me promise to return as soon as possible. Now that he had met me again, he didn't want to be separated from me for a long time. He was afraid to lose me a second time.

My father and my stepmother dropped me in Gillot. When I said goodbye, he gave me an envelope he asked me to open later. I guessed that it was money. I didn’t wait a long time to open it. I was embarrassed and didn't want to accept this gift. He insisted, saying to me that I would need it to buy me what I wanted. I thanked him wholeheartedly while separating me from him, the eyes full of tears.

While returning to Paris, I received a telegram from Devika. She asked me to come to join her as soon as possible. She had serious problems. The address of the telegram didn't correspond to the one I usually sent my letters. I was concerned and all sorts of ideas went through my mind.I had not had news from her for several months. Her last letter dated at least six months before and had left no doubt on the happy life she led with her husband.What happened in the meantime? She was not informed of my journey to Réunion. I packed my luggage immediately and asked for a visa for India.

 

 

Because of the start of the school year for which Akbar had to get ready, I could not take him with me. I needed a lot of courage to accept to separate me so suddenly from him. I knew the ordeals that were waiting for me in India. I didn't want to put my child in danger in a succession of adventures that may not be pleasant for him. Akbar knew that I had a friend who was called Devika who lived in India. I used to speak of her and showed him the photos I sometimes received in my letters. I explained him that Devika had helped me a lot when I just arrived in the area and now that she was in trouble, it was my turn to help her. He was sad that he could not accompany me. I succeeded in making him understand that it would be an exhausting journey. He accepted the idea of being separated from me and promised to be good during my absence. It was important for me to be sure he had understood the situation and agreed. Otherwise my conscience would not be calm.I decided to leave him in my neighbor’s care who knew him well and who accepted to take care of him when I asked her. She had two children of the same age than Akbar and they all got along well. I left him on a Sunday evening, the eyes full of tears.

Lire la suite

Un amour de jeunesse Chapitre 11

14 Juin 2013 , Rédigé par Kader Rawat

Un amour de jeunesse 


 

Je visite mon île natale

 

C'était au début de l'année 1977. Une année pour moi qui débutait bien. Après avoir passé une fête de noël inoubliable avec des amies et après avoir terminé l'année dans la joie et l'amusement, Akbar et moi même embarquâmes dans le Boeing qui posait treize heures plus tard sur le nouvel aérodrome de Gillot. Akbar ne fut pas informé du vrai motif de ce voyage. Je lui avais très peu parlé de mes parents. Mais je lui avais fait comprendre que je l'emmenais promener dans mon île natale. Il me posait une foule de questions sur moi-même. Cela me fit grand plaisir de lui répondre et de lui expliquer certaines choses dans les détails.

Je m'étonnais des transformations que je constatais dans les infrastructures environnantes. La ville de Saint-Denis que j'avais quittée dix années auparavant avait beaucoup changé. Les lotissements qui s'élevaient un peu partout dans les écarts avaient absorbé nombreuses familles qui vivaient dans des bidonvilles. Les rues étaient bondées des véhicules de toutes dernières séries et de diverses origines. Les magasins étaient rénovés et remplis de marchandises de luxe. Nombreux vieux immeubles étaient mis en état, des façades refaits, des murs repeints. Les gens portaient des habits  confectionnés par des couturiers de renom international.

La ville sentait la richesse et l'opulence. Le taxi roulait le long de la rue Maréchal Leclerc pour me permettre de porter mes admirations sur les aspects de la Ville. Les rues étaient propres et la circulation réglée par les feux de signalisation. La chaleur par contre était accablante. Nous avions délaissé des flocons de neige à Paris et nous nous confrontions à des rayons du soleil ardents.

Le taxi nous déposait devant l'hôtel Le Méridien avant Midi. Je pris une douche, un déjeuner bien copieux, un mets typiquement créole et passais l'après-midi à me reposer dans ma chambre d'hôtel. J'étais prise de sensations étranges. Vers cinq heures, quand le soleil commençait à décliner du côté de la place du Barachois, je me postais derrière la fenêtre pour contempler la mer qui s'étendait devant moi. Épuisé par le long voyage, Akbar se réveilla un peu plus tard; j'étais déjà prête. Je lui changeais les vêtements et nous sortions pour aller nous promener dans les rues de la ville. Nous montions la rue de Paris. Nous marchions lentement de nos pas mesurés sur le trottoir où nous pouvions profiter de l'ombre que projetaient les bâtiments qui longeaient la rue. Des gens se rendaient à la cathédrale. Des étudiants quittaient le centre universitaire. Nous nous dirigions vers le monument aux morts. Akbar effleurait de ses doigts les grilles qui entouraient le jardin donnant à côté de la Préfecture. En remontant cette rue dans la direction du jardin de l'État j'avais pour objectif de passer devant la demeure que j'avais quittée dix années auparavant et qui se trouvait dans la rue Monseigneur de Beaumont. Des automobiles attendaient devant les feux de signalisation. Les moteurs tournaient de manière à démontrer l'impatience des automobilistes à rentrer chez eux après avoir passé une journée dans le travail. Beaucoup de femmes se trouvaient au volant de leur voiture. Le taxi était rare. Il n'y avait pas de bicyclettes qui gênaient la circulation. Par contre des motocyclettes passaient souvent avec des bruits infernaux. Alors que nous étions à mi-chemin la cloche de la cathédrale sonnait six fois. Akbar avait soif. Il n'y avait aucune boutique dans le coin. Nous passions devant le musée Léon Dierx. Les ombres allongées des bâtiments et des grands arbres m'annonçaient l'approche de la nuit. Nous traversions la rue de Paris et nous engagions dans la rue Mgr de Beaumont. Une foule de souvenirs me traversait l'esprit pendant que je marchais sur le trottoir en tenant Akbar par la main. Je lui communiquais quelques unes de mes pensées qui me rappelaient de merveilleux moments que j'avais passés dans cet endroit. Il m'écoutait et me posait un tas de questions que je répondis avec plaisir.

Mon cœur battait plus vite quand j'approchais la demeure de mes parents. Le vieux portail en bois était remplacé par un autre en fer et en tôle de couleur gris. La rue était déserte. Quelques voitures étaient garées du côté gauche. Nous arrêtions au coin de la rue Jules Auber et attendions quelques instants. J'hésitais avant d'aller frapper à la porte de mes parents. Akbar ne comprenait rien. Il voulait traverser la rue. J'aperçus un jeune métropolitain qui sortait par le portail. Il se dirigeait dans ma direction. Je saisis l'occasion pour lui demander s'il connaissait le propriétaire de la maison qu'il venait quitter. Il était bien le fils du propriétaire. Ses parents avaient acheté la maison à une famille arabe. C'était une affaire qui remontait à huit ans auparavant alors qu'il était au lycée. Il était lui même très peu informé et ne pouvait me fournir plus de renseignements. Il me proposait de rencontrer son père si je voulais en savoir davantage. J'acceptais en lui remerciant infiniment. C'était un homme âgé qui me recevait dans son séjour. I1 était très bavard. Cela me mettait à l'aise. Il voulait savoir quel lien de parenté j'avais avec Monsieur Issopjee. Je n'avais pas voulu lui dire la vérité. Je lui dis que j'étais une nièce de souche lointaine et qu'étant toute petite j'avais passé quelques jours dans la maison. Comme j'étais de passage dans l'île, je voulais dire bonjours à des parents avant de repartir pour la France. Il m'avait cru et avait commencé à me parler de Monsieur Issopjee. Quand il m'apprit que Monsieur Issopjee avait vendu la maison parce qu’il avait perdu sa femme, j'étais choquée. Je n'avais plus prononcé une seule parole et avais regagné mon hôtel comme une effarée. Je pleurais toute la nuit.

Je décidais d'aller voir mon père dans son lieu de travail. Je me rendis à son bureau tôt le lendemain matin. Quand je me présentais devant lui, il n'en croyait pas ses yeux. Il était ému. Il avait pleuré de joie en me serrant forte dans ses bras. Il faisait preuve d'une profonde douleur. Je pouvais le lire sur son visage. Il avait soulevé Akbar et l'avais pris dans ses bras. Je versais abondamment de larmes par les émotions profondes qui touchaient mon cœur. Il insistait pour que je vienne à la maison. Quand il m'emmena à la maison avec mon fils, il m'avait dit qu'il avait épousé une autre femme et qu'à désirait me la présenter. Je fis sa connaissance d'ailleurs un peu plus tard et trouvais qu'elle était aimable. Mon père voulait que je vienne m'installer à la maison. Il y avait de la place pour moi et mon fils. La maison était grande. Je disposerais du premier étage et ne serais pas dérangée. Il ne pouvait pas accepter l'idée de me voir en train de me loger dans un hôtel tandis que dans sa maison il ne manquait pas de chambres. Je ne voulais pas vexer mon père et avais accepté d'aller habiter chez lui.

Mon père ne m'avait rien caché de tout ce qui s'était passé depuis que j'étais partie. Il me mettait au courant des bouleversements qui lui avaient terrassé de manière à ne plus lui permettre de trouver de consolation après la mort de ma mère. Très peu de personnes méritaient sa confiance et il n'avait personne à qui faire ses confidences, partager ses peines, apaiser ses douleurs. Les réconforts qu'il recevait des amis ne lui suffisaient pas pour l'aider vraiment à remonter ce handicap. Pour lui c'était le châtiment qu'il ne pourrait jamais oublier et il lui aurait fallu beaucoup de courage pour se battre dans un moment si pénible de sa vie. Après m'avoir perdue, voilà que la seule, l'unique être qui lui restait le quittait d'une manière qu'il jugeait atroce et brutale, sans qu'il pouvait utiliser ni son pouvoir, ni ses influences, ni sa fortune pour porter remède à la situation.

Sa relation se limitait à ses activités professionnelles. Il n'invitait personne chez lui et ne recevait pas quand on venait frapper à sa porte. Il se repliait sur lui-même et devenait un personnage sédentaire qui avait perdu goût à la vie. Il jetait ses regards sur l'existence avec une totale indifférence. La fortune ne signifierait plus rien pour lui et la popularité était la moindre chose dont il aspirait. Les blessures profondes causées par la mort atroce de son épouse ne se refermaient pas pendant plusieurs mois durant lesquels il se réfugiait dans la prière.

Mon intention n'était pas de demeurer à l'île de la Réunion pour longtemps. C'était pour cette raison que je n'avais rien voulu caché à mon père. Un dimanche après-midi, alors que nous nous trouvions à la Plaine des Palmistes dans une superbe maison que mon père avait achetée récemment, j'avais pris le courage, en me trouvant seule avec lui, de tout lui raconter sur ma vie. La saison de l'été est particulièrement pluvieuse à la Plaine. Le climat des tropiques me plaisent beaucoup. C'est ce qui me manque d'ailleurs en France. J'aime bien également les caprices du temps et les nuances de la nature. J'étais habituée au froid et avais rencontré des conditions climatiques rudes et dures. J'ai une attirance et une certaine admiration pour un temps cyclonique. Il est fort possible que le hurlement du vent et le déchaînement de la nature exercent sur moi une certaine fascination mais je peux demeurer longtemps à regarder par la fenêtre cet étrange manifestation. Je redoute bien entendu les dégâts causés par le passage d'un cyclone violent peut-être que cela me rappelle des mauvais souvenirs. Mon père s'attachait à moi de manière à susciter la jalousie dans le cœur et l'esprit de ma belle maman pour qu'elle démontre une certaine froideur dans son comportement. J'avais pu également déceler de l'irritation dans sa voix et de l'exaspération dans ses gestes. Mais je n'avais pas pris tout cela en considération me disant que je faisais peut-être des idées.

Mon père se montrait très attentionné à moi et m'écoutait parler avec une certaine admiration qui me faisait comprendre qu'il se tenait vraiment à moi. Je commençais par me convaincre que je lui rappelais fort probablement ma mère et qu'il apercevait en moi des traits de caractères qui lui refoulaient à la mémoire une foule de souvenirs desquels il ne voulait pas se détacher. Il cherchait ma compagnie aussitôt qu'il entrait à la maison.

J'avais l'intention de passer dans l'île un mois de vacance pour profiter de la plage et pour me reposer si c'était possible. Mais la présence de mon père avait altéré en quelque sorte tous mes projets. J'étais certaine d'avoir apporté dans son cœur énormément de joies. Mon Akbar était très gâté par le nombre de cadeaux qu'il recevait pendant le peu de jour qu'il se trouvait dans l'île. Je voulais mettre certaines choses au point avec mon père. Je me rendais à son bureau le jour où je devais voyager. Nous avions entamé conversation pendant longtemps durant lequel il me mettait au courant de ses affaires. Il souhaitait me voir retourner vivre à la Réunion. Il me promettait une maison meublée à moi et le poste de directrice commerciale dans son établissement si je désirais travailler. Je lui fis comprendre que j'aimerais bien me retrouver auprès de lui, que sa proposition me faisait beaucoup plaisir mais que je devais tout de même entrer en France. Il me fit promettre de retourner le plus tôt possible. Maintenant qu'il m'avait retrouvée, il ne voulait plus se séparer de moi pour longtemps. Il éprouvait la crainte de me perdre une deuxième fois.

Mon père et ma belle-mère étaient venus me déposer à Gillot. Quand je lui fis mes adieux, il m’avait remit une enveloppe qu'il m'avait demandé d'ouvrir plus tard. Je devinais que c'était de l'argent. Je n'avais pas attendu longtemps pour l'ouvrir. J'étais gênée et ne voulais pas accepter ce cadeau. Il avait insisté, me disant que j'en aurais besoin pour m'acheter ce que je désirais. Je lui remerciais de tout cœur en me séparant de lui les yeux remplis de larmes.

En regagnant Paris je reçus un télégramme de Devika. Elle me priait de venir le rejoindre au plus vite possible. Elle avait de grave problème. L'adresse qui figurait dans son télégramme ne correspondait pas à celle que d'habitude j'adressais mes lettres. Je faisais de telle inquiétude que toutes sortes d'idées me passaient par la tête. Je n'avais pas eu de ses nouvelles pendant plusieurs mois. Sa dernière lettre datait au moins six mois avant et ne m'avait pas laissé de doute sur la vie heureuse qu'elle mène auprès de son mari. Qu'était-il arrivé entre-temps? Elle ne fut pas informée de mon voyage à La Réunion. Je fis entrer mes bagages à la maison et entamais aussitôt les démarches pour obtenir mon visa pour l'Inde.

 

A cause de la rentrée de classe pour laquelle Akbar devait se préparer je ne pouvais l'emmener avec moi. Il m'avait fallu beaucoup du courage pour accepter de me séparer de lui si brusquement. Je connaissais un peu les épreuves que me réservait un séjour en Inde. Je ne voulais pas risquer mon enfant en l’entraînant dans une succession d'aventures qui pourraient ne pas lui être agréable. Akbar savait que j'avais une amie qui s'appelait devika et qui habitait en Inde. J'avais l'habitude de lui parler d'elle en lui montrant des photos que je recevais parfois dans mes lettres. Je lui expliquais que Devika m'avait beaucoup aidée quand je venais de débarquer dans le quartier et qu'elle était maintenant en difficulté et que c'était à mon tour de l'aider. Il était triste d'apprendre qu'il ne pouvait pas m'accompagner. Je réussis à lui faire comprendre que ce serait un voyage épuisant. Il avait en fin de compte acceptée l'idée de se séparer de moi et m'avait même promis de rester sage pendant mon absence. C'était important pour moi de m'assurer qu'il avait bien compris la situation et qu'il était bien d'accord. Autrement ma conscience ne serait pas tranquille. Je décidais de le confier à ma voisine qui le connaissait bien d'ailleurs et qui avait bien voulu accepter de s'occuper de lui quand je lui avais fait la proposition. Elle avait deux enfants de même âge qu’Akbar et ils s'entendaient tous bien. Je me séparais de lui un dimanche soir les yeux remplis de larmes.

Lire la suite

A love of youth Chapter 10

7 Juin 2013 , Rédigé par Kader Rawat

 

 

A longtime friend I met at work spoke to me of a madrasah situated within walking distance from home. Muslim priests taught the precepts of Islam. Young Muslim from the area went every afternoon there. I decided to send Akbar there. My goal was to have him learn the rudiments of this religion; let him discover the beauty of Islam. He would need faith to survive in this world in trouble.

I enrolled him a few days later. He started his courses on a Monday afternoon. My contacts with some Muslim women of the area made me understand how my life was. The irregular life I led was not approved. My son could find his place in the society only if I set my life in order. The rigorous laws of the religion made me understand that I was living a sinful life. A Muslim woman must not give herself to a man if they are not married. I was warned by missionary women who came to me to preach and to explain the precepts of the religion. I was also warned that if I did not change my way of life, my son might be expelled from the madrasah. I was told that if I had suggestions to make, explanations to ask I just needed to refer to the missionary women who came to see me regularly. I knew I had no arguments to defend myself. I worried during several nights and did not know how I could speak to Frank about this problem.

I felt I was on the median line that separated Islam I was facing and was welcoming me with open arms, and the west that held me in its claws. I just had to take a step to lock me in this circle. Or one step behind threw me in the boiling wave of the west.

Frank was holding up at work. When he came to see me it was only to make love. He always seemed in a hurry and cut short his visits every time pleading he had work to finish. He was not as tender as before and hardly was attentive to me. These changes in its habits marked me and affected me a lot. He represented a lot in my life. Especially when I imagined that I had to put an end to this story. It was obvious that I could not continue to see him. I took refuge with my son who deserved my affection. I gave him a lot and imagined that it was not sufficient. I found him distractions during which we shared joys and live happy together.

For some time Frank wanted to introduce me to his parents. I was unfit to be presented as Frank's girlfriend especially because I could not hide the shame I felt in my situation. I was a dark-skinned woman coming from a distant region who had no interest to captivate the son of an industrial destined to a successful future. I always found good reasons to delay these presentations, to escape from this torment and to avoid being among people who would not approve my presence in their society. Frank was smitten with me and was frightened to lose me at any time. He often spoke of marriage and common life. I was embarrassed and did not know what to answer. I knew that one time or another, my life was going to topple to the bad side. I tried to gain time. Our relationship never deteriorated as we loved each other. We had lived together without engaging us. It often happened we disagreed on some points but we succeeded in settling these problems calmly without losing ourselves in useless discussions. Frank invited me in a country house that belonged to his friend. I joined him on a Friday afternoon when Akbar had finished its class. At sunset, Frank and I walked along a path that was leading to a wood. It was there that I told Frank I had decided to break up. I valued the future of Akbar a lot and I owed respect to my community. My behavior should be exemplary in the society I was living. Frank said no word.

He accepted the idea of a separation with difficulty. He confessed to me that he could not live without me anymore. He found me cruel to move him away from me and to forbid him to see me. He could not understand that I hurt him so much. "A loving heart", he said, “cannot insinuate such things. You do not have love for me in your heart, Yasmina. Admit it! I draw my strength in you. How can I explain the absolute confidence I have in you? I recognize the deep feelings you have for me. I had never had a doubt. You were faithful to me and I am thankful for this. My conscience has never been as calm as it is, at least as far as love was concerned. And now you try to explain that your path and mine are different and that it is time to separate. I   cannot accept it.”

The interest Frank had for me, his love embarrassed me. I felt sorry. It would be rash to repulse a man that I was happy to appeal and that had given me so much joy. I got to choose between the love I had for this man and the respect I kept for my religion. My private life and my image in the society were two main reasons. How can I make my lover understand that my religion forbad me all relationship with him? I was living in sin and had to be ashamed in front of God and mankind. While separating me from Frank, I shed a tear. We agreed that he would not come home anymore. I was sorry and cried all night long. Akbar often asked me if I had pain. When he was there, I hid my pain so that he could not imagine the problems between Frank and me. My colleagues noticed I seemed to be tired. I lied to get rid of them. I did not want to share my pains. The first week was hard. After two weeks, Akbar asked me why Uncle Frank did not come anymore to see us. I always found a reason. I was afflicted by the situation. Akbar had many friends with whom he spent his time. He asked rarely for Frank.

I found the strength to live because my son needed me. My lodgings reminded me painful memories. I was obsessed by the imaginary presence of Frank. I decided to move. I found a house in an area full of immigrants.

My new home was better than my studio. It was a small house of three rooms, independent that made the pride of Akbar. He had his own room, his own bed and desk. He often invited friends to watch cartoons on television. A big courtyard at the rear of the house allowed the children to play late in the evening. Their screams rang out far.

Akbar wanted to possess his friends as much as possible. I earned a salary that did not allow me to make fantasies. I could hardly spare money. I tried to explain Akbar that I was not rich and that I could not give him what he wanted. My only pleasure was to make him happy. He surprised me a lot by his intelligence and the way he thinks. At seven years, he was smart and was ambitious. He was proud when his teacher was satisfied with the progress he made at school. He was well educated and showed it to the neighbors and friends who complimented him.

 

Akbar made a friend with a Moroccan boy who was living within walking distance from our house with his mother. I had the pleasure to meet his mother on New Year's Eve party. We became friends maybe because we had faced similar problems. Like me she had escaped from home because she had committed mistakes her parents could never forgive her. And like me she was facing life all alone. She gave me the idea to go to pay a visit to my parents in Reunion. But I knew what would happen in my family. I owed them some explanations. But without money, how could I imagine going there? I had been working hard for months to save money. Some years later, when I have enough money to buy two tickets to go from Paris to Reunion and return, I would take my holidays during the school vacations and fly with my son on the Charter to Reunion.


Text translated by ©Kader Rawat

Lire la suite

Un amour de jeunesse Chapitre 10

7 Juin 2013 , Rédigé par Kader Rawat

Un amour de jeunesse

 

 

Un choix difficile.

 

Une amie de longue date que j'avais connue dans mon lieu de travail me parlait d'une medersa située à peu de distance de mon domicile. Des prêtres musulmans enseignaient les préceptes de l'Islam. Des jeunes musulmans du quartier s'y rendaient tous les après-midis. Je décidais d'y envoyer Akbar. Mon but était de lui faire apprendre les rudiments de sa religion, de lui laisser découvrir la beauté de l'Islam. Il aurait besoin de foi pour survivre dans ce monde en perdition.

Je fis son inscription quelques jours plus tard. Il débutait ses cours un lundi après-midi. Mes contacts avec quelques femmes musulmanes de la région me firent prendre conscience de l'état de mon existence. La vie irrégulière que je menais était mise en question. Mon fils pouvait trouver sa place dans la société dans la seule condition que je mette de l'ordre dans ma vie. Les lois rigoureuses de la religion me firent vite comprendre que j'étais dans le péché. Une femme musulmane ne doit pas se livrer à un homme qu'elle n'a pas épousé par la voie de la religion. Je fus avertie par des femmes missionnaires qui me furent envoyées spécialement pour me prêcher la religion et m'expliquer ses préceptes. Je fus même avertie que si dans un certain délai qui me fût accordé je ne changeais pas ma façon de vivre, mon fils risquerait d'être expulsé de la medersa. Mais on me fit entendre que si j'avais des suggestions à faire ou des explications à demander je n'avais qu'à m'adresser aux femmes missionnaires qui venaient me voir régulièrement. Je savais que je n'avais pas des arguments pour me défendre. J'étais tourmentée durant plusieurs nuits et ne savais pas de quelle manière aborder Frank pour lui parler de ce problème.

J'avais l'impression de me trouver sur la ligne médiane qui séparait d'une part l'islam que je faisais face et qui me tendait les bras et d'autres part l'Occident qui me tenait dans ses griffes. Je n'avais qu'un pas à faire en avant pour m'enfermer dans ce cercle ou sinon un pas en arrière pour basculer dans la vague brulante de l'occident.

Frank était retenu par son travail. Quand il venait me voir c'était seulement pour me faire l'amour Il avait l'air toujours pressé et abrégeait à chaque fois ses visites sous prétexte qu'il avait du travail à achever. Il ne se montrait plus tendre comme avant et m'accordait à peine ses attentions. Ces changements dans ses habitudes me marquèrent et me touchaient beaucoup. Malgré tout il comptait énormément dans ma vie. Surtout quand j'imaginais que je devais pourtant mettre fin à tout cela. Il était évident que je ne pouvais continuer à le voir. Je me réfugiais auprès de mon fils qui méritait beaucoup mon affection. Je lui en donnais énormément et imaginais que ce n'était pas suffisant. Je lui trouvais des distractions pendant lesquelles nous partagions nos joies afin de vivre heureux l'un auprès de l'autre.

Depuis un certain temps Frank me faisait comprendre qu'il voulait me présenter à ses parents. Je me sentais indigne de me voir passer pour la petite amie de Frank d'autant plus que j'avais du mal à cacher la honte que je ressente dans la situation où je me trouvais. J'étais une femme de couleur venant de région lointaine qui n'avait pas intérêt d'aller séduire le fils d'un industriel destiné à un avenir brillant et prometteur. Je trouvais toutes les fois des prétextes pour reporter pour une autre fois ces présentations pour m'épargner ce supplice de me voir parmi des gens qui devaient ne pas approuver ma présence dans leur société. Frank était un temps amoureux fou de moi et nourrissait cette frayeur de me perdre d'un moment à l'autre. Il me parlait souvent de mariage et de vie commune. J'étais très embarrassée et ne savais quoi répondre. Je savais qu'un moment à l'autre ma vie allait basculer dans le mauvais côté. J'essayais de gagner du temps. Nos rapports ne se détérioraient jamais pendant que nous nous aimions. Nous avions vécu ensembles sans nous faire des engagements. Il arrivait souvent que nous n'étions pas d'accord sur certains points mais nous parvenions à régler ces problèmes aimablement sans trop nous abîmer dans des discussions inutiles. Frank m'avait invité dans une maison de campagne appartenant à son ami. J'étais allée le rejoindre un vendredi après-midi quand Akbar terminait sa classe. Au couché du soleil, Frank et moi-même marchions le long d'un sentier qui nous dirigeait vers le bois. C'était là que j'appris à Frank la décision que j'avais prise de me séparer de lui. Je tenais beaucoup à l'avenir d’Akbar et je devais du respect à ma communauté. Ma conduite comptait énormément dans cette affaire. Frank n'avait pas prononcé une seule parole.

Frank voulait difficilement accepter l'idée d'une séparation. Il m'avouait qu'il ne pouvait plus vivre sans moi. Il me trouvait bien cruelle de lui éloigner de moi et de ne plus le permettre de venir me voir. Il n'admettait pas que je puisse lui causer autant de tort.

Un cœur qui aime, me dit-il, ne peut insinuer des choses pareilles. Tu n'as plus d'amour pour moi dans ton cœur, Yasmina. Avoue-le. Et dire que c'est en toi que je puise toutes mes forces. Comment t'expliquer la confiance absolue que j'ai en toi. Je reconnais les sentiments profonds que tu éprouves à mon égard. Jamais l'ombre d'un doute n'est une seule fois venu me perturber l'imagination. Tu me gardes fidélité et je t'en suis reconnaissant. Ma conscience n'a jamais été autant tranquille du moins dans nos amours depuis que je t'ai connue. Et maintenant tu insistes à me faire comprendre que ton chemin et le mien est différent et qu'il est temps de nous séparer. Je  ne le supporterai pas.

L'intérêt que me portait Frank, son amour me mirent dans l'embarras. J'étais confondue. Ce serait imprudente de ma part de repousser un homme que j'avais pris plaisir à séduire et qui m'avait donné la joie de vivre. Pourtant je devais trancher entre l'amour que je vouais à cet homme et le respect que j'avais pour ma religion. Ma vie privée et mon image dans la société étaient deux facteurs principaux qui étaient en cause. Comment faire comprendre à mon amant que les lois de ma religion m'interdisent tout rapport avec lui? Je pataugeais dans le péché et devais avoir honte devant Dieu et devant les hommes. En me séparant de Frank ce dimanche bien triste, je versais beaucoup de larmes. Il fut convenu qu'il ne viendrait plus chez moi sous aucun prétexte. Je déplorais beaucoup cet état de chose et pleurais pendant toute la nuit. Akbar me demandait souvent si j'avais mal. Devant lui je me retenais avec beaucoup de peine afin de ne pas lui donner des soupçons des problèmes qui se posaient entre Frank et moi-même. Mes collègues de travail me firent des remarques sur les fatigues décelées sur mon visage. Je leur chantais n'importe quoi pour me débarrasser d'eux. Je ne voulais partager mes peines à personne. La première semaine était dure. Au bout de deux semaines, Akbar me demandait si oncle Frank ne venait plus nous voir. Je lui trouvais toujours une explication. J'étais affligée de cet état de chose. Akbar avait des nombreux amis avec lesquels il passait son temps. Il cherchait de plus en plus rarement Frank.

Je devais trouver du courage pour vivre à cause de mon fils qui avait besoin de moi. Mon logis me refoulait des souvenirs difficiles pour moi à supporter. J'étais obsédée par la présence imaginaire de Frank. Je décidais de déménager. Je trouvais une maison dans un quartier plein d'immigrés.

Ma nouvelle demeure était meilleure que mon studio. C'était une petite maison de trois pièces, indépendantes qui faisait la fierté d’Akbar. Il avait sa chambre à lui, son lit et son bureau. Souvent il emmenait ses amis pour regarder des dessins animés à la télévision. Une grande cour à l'arrière de la maison permettait aux enfants de jouer jusqu'à fort tard le soir. Leurs cris retentissaient jusque dans le lointain.

Akbar voulait posséder autant que ses amis. Je touchais un salaire qui ne me permettait pas de faire des fantaisies. Je pouvais à peine faire de l'économie. J'essayais d'expliquer à Akbar que je n'étais pas riche et que je ne pouvais pas lui donner ce qu'il désirait. Mon seul plaisir à moi était de lui rendre heureux. Il m'étonnait beaucoup par son intelligence et sa façon de raisonner. A sept ans il avait un esprit éveillé et surtout de l'ambition. Il faisait surtout ma fierté quand sa maîtresse de classe me félicitait des progrès qu'il faisait à l'école. Il avait des bonnes manières qu'il montrait d'ailleurs aux voisines et aux amies qui ne manquaient pas de me faire des compliments.

 

Akbar avait lié amitié avec un jeune marocain. Il vivait avec sa mère dans un lotissement à peu de distance de notre maison. J'eus le plaisir de faire la connaissance de sa mère lors de la fête de fin d'année. Nous devenions bien vite amies peut-être en raison que nous avions affronté des problèmes semblables. Comme moi elle avait fui le toit paternel pour avoir commis des fautes que ses parents ne pouvaient la pardonner. Et comme moi elle affrontait la vie toute seule. Elle me donnait l'idée d'aller rendre visite à mes parents à l'Île de la Réunion. J'avais toute raison de savoir ce qui se passait au sein de ma famille. Je leur devais des explications. Mais sans de l'argent de quelle manière pouvais-je envisager un déplacement? Je travaillais durement pendant des mois en mettant de côté des économies. Quand quelques années plus tard je réunis la somme qu'il me fallait pour tirer deux billets aller retour Paris Réunion Paris je pris mes congés pendant les vacances scolaires et m'embarquais avec mon fils sur le Charter à destination de l'Île de la Réunion.

Lire la suite

A love of youth Chapter 9

16 Mai 2013 , Rédigé par Kader Rawat

logo anglais

 

To discover my complete works ‘in French’ published on Amazon Kindle, please click Here

 

 

 

A love of youth

 

 

 

 

 

It was late in Paris to find a hotel room to spend the night. I relied on Alain to help me. I would be lost without him, in this city that frightened me. It was cold, and the rain had begun to fall. We took a taxi and asked the driver to take us to the nearest hotel. I did not want a luxury hotel, but a small and clean room would be sufficient.

I slept until late the following day. Alain had slipped a note under my door telling he would be absent the whole day. I went to the kiosk in front of the hotel to buy the newspapers. I had to rent an apartment. I returned to my hotel and thought how I had to continue my life. I had the impression to go round in circles and did not know how to solve my problems. I was convinced that my destiny was not good and that I had to fight to pave my path in this world. I had to recognize that I was responsible for these problems. I could not feel sorry for myself. My son gave me energy; he was the second breath I needed to face life.

Alain left the following day. I left the hotel and settled in a cheap studio. I started to work. I dropped Akbar early morning in a nursery and fetched him in the evening. On Sundays, I often walked in Paris. Akbar liked to travel a lot by the subway. My first visit to the Eiffel tower let me lovely memories.

One Sunday afternoon, I went for a walk with Akbar on the Champs-Elysées when the bad weather surprised us. The rain began to fall. We took refuge under a porch. I wanted to protect my son. He had a fragile health. As night approached, the time did not improve. I began to worry. I certainly had to go back home. The taxis did not pass into this alley. A young man passing by noticed that I was searching for a transport. He proposed to drop me off at home if I accepted. I had to make up my mind quickly. I accepted the proposition as I did not want to spend the night outside with my son under the rain. This man inspired me with confidence. His car was in the parking. He went to take an umbrella to protect us. Akbar was sleeping deeply. It was already night when I reached home.

His name was Frank, written on the jacket he covered Akbar. He forgot it at home. He would certainly come back to take it the next day. I wondered when he would knock at my door. I waited for his visit; I understood that our destiny was sealed forever. He knocked at my door on a Saturday morning. I invited him to take a coffee. I had the intention to thank him for help that he brought me last evening. The few words we exchanged made me feel lots of sympathy for him. When I told him that I was living alone with my son, he proposed to come to pick me on Sundays to visit the country. I accepted.

I used to keep the only room I lived in clean. I never let clothes lying around; the bed was made and covered with a sheet in plush I bought at a flea market not long ago. I did not live in luxury, but I was proud of my home. Akbar slept in a cradle far from the light of the day. The kitchen table was covered with a tablecloth printed with happy colors that Akbar liked to admire when he did not sleep. In the corner, an old refrigerator I only plugged on weekends snored. The television and the sofa were all my furniture and represented all my wealth and my universe. I enjoyed staying there. Since that day, Frank has become my best friend. He often paid me a visit. He came on Saturdays, and we went for dinner at the restaurant. I arranged with my neighbor who took care of Akbar. She was a student and was happy to have extra money to assume this responsibility. The image of my first love often came to disturb me in the deep feelings I had for Frank. I would have to make tremendous efforts to get rid of this black stain deeply hidden in my heart. I must confess that I hoped, without believing it, luck would give me the opportunity to see once again the first man I loved. When I noticed that they carried me with such attention and wowed to me such love, so intense, I considered myself the happiest woman in the world.  My relationship with Frank strengthened, and I could not imagine how, after several months of disappointments and difficulties, I began to appreciate the most charming moments of my life. I was so confident in the new way of life I was leading. Frank was so attentive and loved me so much that I was happier than ever.

One afternoon, Frank came home earlier. I had just arrived and held in my hand a piece of cheese that I had just cut.

"Tonight”, he told me", we will have dinner in the restaurant. Instead of wearing your apron to cook, you will wear your beautiful dress, and we will go out ".

While speaking, he dragged me on the bed, and we made love. Akbar was three years, and I dropped him in a nursery at walking distance from the house. I usually fetched him around five and a half o'clock while returning to the bakery at the corner of the street. Akbar was turbulent. At home, he gave me no moment of respite. I had to look after him while I prepared the meal. He was extremely capricious and wanted me to take care of him at all time.

While I was taking my shower, Frank had gone to take Akbar. He was happy when I put his beautiful clothes.

  "It is true mom," he asked me, "that we are going for a walk in the city with Uncle Frank?"

  A little later, we were in the car. Frank did not seem to hurry. He seemed extremely tired. We stopped in front of a monumental building and Frank took the direction of the main entry and asked us to follow him. On the third floor, we took a narrow corridor before stopping in front of a door that Frank opened with the key he has in hand.

 "This is our new home", he told me.

 It was such a surprise! I didn’t expect it. This apartment of four rooms was superb, and the cost of the rent appeared also exorbitant to me. Anyway Frank could afford such a luxury. But when it was the question to live there, I immediately thought about my liberty. The salary that I earned was limited and hardly covered my monthly expenses. However I allowed myself rare fantasies; they generally sank all my resources. I wanted to make him understand that I didn't want to leave my studio to come to live in his apartment although he insisted, telling me that he had rented it especially for me. He was angry and did not speak to me anymore during several days nor came to see me. I felt sorry and lost. I wanted to keep my autonomy. It was crucial for me.

Nevertheless Frank and I had never spoken of a common life. I appreciated my freedom and would prefer my independence. It was what I had wanted Frank to understand when he finally came home some weeks later. I never had the courage to tell him about myself before. I relate to him my story without feeling ashamed. I knew I had accomplished precisely nothing I could be proud of. Disappointments had accompanied me during all my life and had hardened my heart. I mentioned several anecdotes that had marked me and represented examples that made me think before committing myself. I had brought some changes in my life. I confessed him that I was her mistress because I passionately loved him. Our relationship was strong, and we belonged to each other. For me, it was sufficient.

 "If you want to live like husband and woman", I said, “We will waste the happiness that fills our hearts. Life made us meet and love. Why did not we take the opportunity we are offering to dedicate more time to each other? When you hear the call, you will understand that moment to accomplish your duty has arrived, and you will abandon everything. “I thank you for having rented this apartment for me. I am not ready to live here. I am sorry, Frank. I want you to know that I love you as strongly as it is possible. I will always love you with this same intensity. If you try to arrange our lives too much, we will only succeed in destroying everything. Love me as I am Frank, and accept me as I am. I will do the same to be happy."

"Why do you say that, Yasmine? My intention is not to hurt you. I want to please you."

In spite of the happiness Frank brought me, my strongest feelings belonged to Akbar. For him, I would move heaven and earth. When he was admitted at school and made friends, I often received reports from her teacher. He behaved badly and often quarreled and fought with the other pupils. I met her teacher. She advised me to see a psychologist. He had no real difficulties but needed to gain confidence in himself. The psychologist would help him.

During the winter, I took lots of precautions. The healthiness of Akbar was delicate. He hardly supported the cold weather. The care I administered to him until spring was my only secret, and it helped him to stay healthy. I used to make him take a preventive treatment throughout the season. He was treated by his doctor. Akbar liked a lot watching cartoons. He was fond of Walt-Disney. In the evening, he went to bed early.

 

 

Original title : Un amour de jeunesse©Kader Rawat

Translated by ©Kader Rawat  April 2013 

Lire la suite

Un amour de jeunesse Chapitre 9

16 Mai 2013 , Rédigé par Kader Rawat

 

logo français

Du même auteur

 

Cycle

 

LES GENS DE LA COLONIE

 

Tome 1

La Colonie Lointaine

Tome 2   

L’épouse et la concubine

 Tome 3

Confessions sentimentales

Tome 4

La vallée du diable

 

Cycle

 

UNE JEUNE FILLE ZARABE

 

Tome 1

Un amour de jeunesse

Tome 2

L’entreprise familiale

Tome 3

Une femme d’affaire

 

Cycle

 

LES AMANTS DE L’ÎLE BOURBON

 

Tome 1

La fille de l’Intendant

Tome 2

Les évadés de l’Île Bourbon

 

Cycle

 

MAÎTRES ET ESCLAVES

 

Tome 1

Des maîtres et des esclaves

Tome 2

Splendeurs et misères des petits colons

Tome 3

Le temps de la révolte

Tome 4

L’instigateur

 

Cycle

 

CES PAYS LOINTAINS

 

Tome 1

La belle étrangère

Tome 2

Le domicile conjugal

Tome 3

Un ange à la maison

 

Le bon vieux temps

 

Les naufragés

 

Du même auteur

 

Cycle

 

LES GENS DE LA COLONIE

 

Tome 1

La Colonie Lointaine

Tome 2   

L’épouse et la concubine

 Tome 3

Confessions sentimentales

Tome 4

La vallée du diable

 

Cycle

 

UNE JEUNE FILLE ZARABE

 

Tome 1

Un amour de jeunesse

Tome 2

L’entreprise familiale

Tome 3

Une femme d’affaire

 

Cycle

 

LES AMANTS DE L’ÎLE BOURBON

 

Tome 1

La fille de l’Intendant

Tome 2

Les évadés de l’Île Bourbon

 

Cycle

 

MAÎTRES ET ESCLAVES

 

Tome 1

Des maîtres et des esclaves

Tome 2

Splendeurs et misères des petits colons

Tome 3

Le temps de la révolte

Tome 4

L’instigateur

 

Cycle

 

CES PAYS LOINTAINS

 

Tome 1

La belle étrangère

Tome 2

Le domicile conjugal

Tome 3

Un ange à la maison

 

Le bon vieux temps

 

Les naufragés

 

 

Toute ressemblance avec des personnages réels ne peut être que fortuite.

 

© Kader Rawat Février 2013

 

Tous droits réserves

 

Pour découvrir mes romans publiés sur Amazon Kindle cliquez ici

  

 

 

Une rencontre fortuite

 

Il faisait tard à Paris pour trouver une chambre convenable dans un hôtel pour passer la nuit. Je comptais sur l'aide d'Alain et me disais que sans lui je serais perdue dans cette ville qui éveillait en moi de la frayeur. Il faisait froid et la pluie avait commencé à tomber. Nous avions pris un taxi et avions demandé au chauffeur de nous emmener dans l'hôtel le plus près. Je ne cherchais pas le grand luxe et une petite chambre bien propre me ferait bien plaisir.

Je dormais jusqu'à fort tard le lendemain. Alain avait glissé sous ma porte un billet en me disant qu'il serait absent dans la journée. Je me rendis dans le kiosque qui se trouvait en face de l'hôtel pour m'acheter des journaux. Je cherchais un appartement à louer. Je retournais dans mon hôtel et pensais à la manière dont je devais continuer mon existence. J'avais l'impression de tourner en rond et de ne pas savoir comment résoudre mes problèmes. Je me disais que ma destiné n'était pas bonne et que je devais me battre pour frayer mon chemin dans ce monde. Mais je devais reconnaître que j e l'avais cherché de mes propres mains, ces problèmes. Je n'avais pas de raison à me plaindre. Mon fils me permettait de trouver de l'énergie; il me procurait le second souffle qu'il me manquait pour affronter la vie.

Alain était parti le jour suivant. Je quittais l'hôtel et m'installais dans un studio pas très cher. Je commençais à travailler. Je déposais Akbar dans une garderie tôt le matin et le récupérais le soir. Je profitais des dimanches pour me promener dans Paris. Akbar aimait beaucoup voyager dans les métros. Ma première visite au pied de la tour Eiffel m'avait laissé de merveilleux souvenirs.

Un dimanche après-midi je me promenais avec Akbar aux Champs-Élysées quand le mauvais temps nous avait surpris. La pluie avait commencé à tomber. Nous avions pris refuge sous un porche. Je voulais protéger mon fils. Il avait une santé fragile. A l'approche de la nuit le temps ne s'améliorait pas. Je commençais à m'inquiéter. Je devais absolument rentrer à la maison. Les taxis ne passaient pas dans la ruelle où je me trouvais. Un jeune homme qui passait par là avait remarqué que je cherchais un transport. Il me proposait de me déposer chez moi si je le désirais. J'avais peu de temps à me décider à accepter la proposition d'un étranger si je ne voulais pas passer la nuit dehors avec mon fils par un temps pareil. Cet homme m'inspirait confiance. Sa voiture était garée dans un parking. Il était allé chercher un parapluie pour nous protéger. Akbar dormait profondément. Il faisait noir déjà quand je rentrais à la maison.

Il s'appelait Frank. Ce nom était écrit sur le blouson qui avait été utilisé pour couvrir Akbar et qui avait été oublié chez moi ce soir qu'il pleuvait des cordes. Son propriétaire devait venir le récupérer assurément dans les jours à venir. Je ne pouvais deviner quand il pouvait se présenter devant ma porte. Mais j'attendais sa visite par intuition qui me faisait aussi comprendre que le jour où il m'avait rencontrée notre destin était aussi scellé. Il frappa bien évidemment à ma porte un samedi matin. Je le priais de rentrer pour prendre un café. J'avais l'intention de le remercier pour l'aide qu'il m'avait apportée l'autre soir. Les quelques mots que nous avions échangés m'avaient fait éprouver pour lui de la sympathie. Quant il apprit que j'habitais seule avec mon fils, il me proposait de venir me chercher les dimanches pour m'emmener promener à la campagne. J'avais accepté.

J'avais pour habitude de garder l'unique pièce dans laquelle je vivais en ordre. Je ne laissais jamais traîner des vêtements; le lit était bien fait et couvert d'un drap en peluche que j'avais acheté dans une brocante pas trop longtemps. Je ne vivais pas pour ainsi dire dans le luxe mais j'étais quand même fière de mon chez moi. Akbar dormait dans un berceau loin de l'ardeur du jour. La table à manger était couverte d'une nappe imprimée de couleur joyeuse qu’Akbar aimait admirer quand il ne dormait pas. Dans l'angle un vieux réfrigérateur que je branchais les week-ends seulement ronflait. La télévision et l'unique sofa qui complétaient mes meubles représentaient toute ma richesse et mon univers. Je m'y plaisais bien. Depuis ce jour là, Frank devint mon meilleur ami. Il me rendait souvent visite. Il venait me chercher les samedis pour aller dîner au restaurant. Je m'arrangeais avec ma voisine pour qu'elle s'occupât d’Akbar. Elle était étudiante et était contente d'avoir de monnaie de poche. L'image de mon premier amour venait souvent me perturber dans les sentiments profonds que je vouais à Frank. J'aurais du déployer des efforts suprêmes pour me débarrasser définitivement de cette tâche noire qui se cachait dans le creux profond de mon cœur. Je dois toutefois avouer que j'avais gardé l'espoir, sans trop y croire, que le hasard me donnerait l'occasion de revoir au cours de mon existence le premier homme que j'avais connu. Quand je constatais que les rapports que j'entretenais avec Frank se consolidaient et qu'après plusieurs mois de déceptions et de difficultés je commençais vraiment à savourer les moments les plus exquis de l'existence, je mettais toute ma confiance dans cette nouvelle forme de vie qui se présentait à moi. Frank me portait de telle attention et me vouait un amour tellement intense que jamais avant je n'étais autant heureuse.

Un après-midi de la semaine Frank rentrait à la maison plus tôt que d'habitude. Je venais moi même d'arriver et tenait dans ma main un morceau de fromage que je venais de trancher.

– Ce soir, me dit-il, nous dînerons au restaurant. Au lieu de passer ton tablier pour entrer dans la cuisine, tu porteras ta belle robe et nous allons sortir.

En me disant cela il m'entraînait sur le lit et nous avions fait l'amour. Akbar était alors âgé de trois ans et je le déposais dans une garderie à peu de distance de la maison. Je le récupérais d'habitude vers les cinq heures et demie en me rendant à la boulangerie du coin de rue. Akbar était turbulent. A la maison il ne me donnait pas un moment de répit. Je devais le surveiller pendant que je préparais le repas. Il était très capricieux et voulait que je m'occupe de lui alors même que j'avais plein de travail à faire. Je devais me armer de beaucoup de patience pour lui faire avaler quelques bouchés d'aliments solides et nourrissants.

Pendant que je prenais ma douche, Frank était allé chercher Akbar. Il était content quand je lui misse ses beaux habits.

– C'est vrai maman, me dit-il, que nous allons nous promener en ville avec oncle Frank. Un peu plus tard nous roulions en voiture. Frank n'avait pas l'air pressé. Il démontrait tout de même des signes de fatigués. En s'arrêtant devant un grand immeuble, Frank prenait la direction de l'entrée principale en nous demandant de le suivre. Au troisième étage nous nous engageâmes dans un étroit couloir avant de nous arrêter devant une porte que Frank ouvrît avec la clé qu'il tenait dans sa main.

– C'est notre nouvelle demeure, me dit-il.

C'était la surprise que j'attendais le moins. Cet appartement de quatre pièces était superbe et le coût du loyer aussi me paraissait exorbitant. De toute façon Frank était libre de se permettre un tel luxe. Mais quand il était question que je devais venir l'habiter, j'avais tout de suite pensé à mon indépendance. Le salaire que je percevais était dans la limite de mes dépenses mensuelles. Or je me permettais bien rarement des fantaisies qui généralement engouffraient facilement les ressources. Je voulais lui faire comprendre que je ne désirais pas quitter mon studio pour venir habité dans son appartement malgré qu'il insiste à me dire qu'il l'avait loué à cause de moi. Il s'était mis en colère contre moi et ne m'avait plus adressé la parole pendant plusieurs jours ni était-il venu me voir. J'étais désolée et confondues devant cette situation. Mais je voulais garder mon autonomie. C'était très important pour moi.

Néanmoins dans aucune circonstance Frank et moi-même avions soulevé la question de mener une vie commune. Je tenais précieusement à ma liberté et préférerais mon indépendance avant toute chose. C'était ce que j'avais voulu faire comprendre à Frank quand il s'était présenté chez moi quelques semaines plus tard. Jamais je n'avais eu le courage de lui parler de moi-même avant mais ce jour qu'il s'était présenté chez moi je lui avais raconté ma vie sans éprouver la moindre honte ni la moindre pudeur malgré que je savais que je n'avais accompli jusque là absolument rien dont je pourrais en être fière. Les déceptions qui m'avaient accompagnée durant toute ma vie m'avaient endurci le cœur. J'aurais dû lui citer plusieurs anecdotes qui m'avaient les plus marquée et qui représentaient les exemples qui me donnaient matières à réflexion avant de m'engager dans quoi que se soit. Il avait apporté des transformations dans ma vie. Je lui avouais que j'étais sa maîtresse par l'amour et la passion que j'avais pour lui. Nos rapports étaient solides et nous nous appartenions l'un à l'autre. Pour moi c'était suffisant.

– En voulant vivre comme mari et femme, dis-je, nous gâcherons tous les bonheurs qui nous comblent le cœur. La vie nous a permis de nous rencontrer et de nous aimer. Pourquoi ne pas profiter des occasions qui nous sont offertes pour consacrer plus de temps à nous mêmes? Quand tu entendras l'appel qui te sera lancé d'ailleurs et auquel tu dois répondre tu comprendras que le moment d'accomplir ton devoir est venu et tu délaisseras tout. Je te remercie d'avoir loué cet appartement à cause de moi. Je ne suis pas prête à l'habiter. Je suis vraiment désolée, Frank. Maïs je veux quand même que tu saches une chose. Je t'aime aussi fort que tu ne puisses l'imaginer. Je t'aimerai toujours avec cette même intensité. En cherchant à trop arranger notre vie, nous ne parviendrons qu'à tout détruire. Aimes moi comme je suis Frank et acceptes moi telle que je suis. J'en fais moi-marne autant, ne serait-ce que pour être heureuse.

– Pourquoi me dis-tu tout cela, Yasmine? Mon intention n'a jamais été de te froisser. Je voulais te faire plaisir.

Malgré le bonheur que me procurait Frank, mes sentiments les plus profonds appartenaient à Akbar. Pour lui je remuerais le ciel et la terre. Quand il était admis à l'école et qu'il avait commencé à se faire des amis je recevais bien souvent des rapports de sa maîtresse de classe. Il avait une mauvaise conduite et se querellait souvent avec les autres élèves. Il s'était même battu à l'école. J'étais allé voir sa maîtresse. Elle m'avait conseillée de le faire suivre par le psychologue. Il n'avait pas vraiment des difficultés mais avait besoin de se mettre en confiance avec lui même. Le psychologue était bien placé pour l'aider à s'épanouir.

Pendant l'hiver, je prenais beaucoup de précaution. La santé d’Akbar était fragile. Il supportait mal le froid. Les soins que je lui prodiguais jusqu'à l'arriver du printemps demeurait mes seuls secrets qui lui faisaient garder sa bonne santé. J'avais l'habitude de lui faire suivre un traitement de prévention tout le long de la saison. Il était suivi de près par son médecin traitant. Akbar aimait beaucoup regarder les dessins-animées. Il adorait les Walt-Disney. Le soir il dormait tôt.

 

Lire la suite

A love of youth Chapter 8

3 Mai 2013 , Rédigé par Kader Rawat

 logo-anglais.png

To discover my complete works ‘in French’ published on Amazon Kindle, please click Here

 

 

 

A love of youth

 

 Chapter 8

 

 

 

I decided to leave Marseille. I wanted to go to Paris. Shenaz was sad to be separated from me and Akbar. The train left the station at nine. I sat in a compartment where several people had already taken place. It was the time when boys had long hair. My new cut draw for me looks filled with admiration. A middle-aged couple was sitting on the sofa in front of me. Next to them, near the window, a young man dressed in a suit was lost in thoughts; on the left, a business man with his attache case on his knees and a newspaper wide open gave curious looks to me. Next to him, another individual with a serious expression and a hat looked straight ahead. I was alone on a big sofa with my son who was sleeping in my arms. The train continued its course a long time before Akbar woke up. He was thirsty. I put my hand into the basket to take the bottle that Shenaz had prepared this morning. Akbar drank all his milk before falling asleep. The train ran for hours. I looked at the big trees in the forests and the landscapes while trying to forget everything. When we crossed another train coming the opposite way, the infernal noise made Akbar jump. During this long journey, the old couple hardly exchanged a word. The man spent his time sleeping and snoring while the woman watched out of the corner of her eyes. She moved her lips all the time. I understood that she didn't stop praying. She looked at me several times and I smiled to try to get her sympathy and to start talking with her, imagining I would feel less alone. She continued to look at me with disregard. She did not appreciate this journey. I tried to fall asleep. I was tired and had not slept during several nights. Many thoughts went through my brain. I had  little money. I already foresaw the expenses that waited for me in such a big city as Paris. I was concerned.

I had confidence that the Providence was not going to abandon me in difficult moments. I had to be able to do it alone. I would find a way to do.

What could happen to me in a big city? All alone, without money, without work, without lodgings, without protection, I didn't know how I was going to bail me out. I had to buckle down. My child was my reason to live. It was my duty to take care of him. I was ready to make it.

I didn't know Paris and had a slight idea of the kind of life that waited for me. Could I find work easily? Should I regret to have left home to throw me so brutally into the world? My life became difficult. How could I have arrived there? It was useless for me to regret my silliness. It was not the moment. I needed courage to face the future.

The train continued to run the same rhythm and the passengers who were in the compartment had not moved. The old lady was asleep next to her husband who still slept. The man who was on my left side was reading. He held a voluminous book wide open in front of him. The splendor of the day made me look outside the window. My eyes crossed the eyes of this young man. He also looked at me. I should look ugly at the state I was. I had no time to make me beautiful. My short hair looked strange when I looked at me in a small mirror that I took off my purse.

While approaching Paris few people remain in the compartment. The young man who was near the window approached me and talked. I was happy that he valued my company. He was called Alain and was from Mauritius. He had gone to England to work as nurse in a hospital. He had accepted this job he didn't like to leave his island and search for a job as many of his friends did. His intention was to help his parents who depended a lot on the money he sent them. He had already begun to work in restaurants, in cafés, but as his papers were not up to date and he had no visa nor residence permit he always ran the risk to have some problems with the justice. He had some problems with his boss who had threatened to denounce him to the police. He had preferred leaving the country to avoid problems. He had spent some days in Marseille and was going to Paris.

I spoke little of myself. I must admit that everything was not good to say. When Akbar woke up, I changed him into his nappy, gave him his bottle and stayed at the window. Alain wanted to help me. I thanked him. I could take care of my son. He asked me if he could stay in my company in Paris. He didn't know anybody and it would not bother him to help me to find accommodation and to be reassured that I had a lovely place to stay. I wanted to make him understand that it was useless and that I was able to manage. He insisted and swore that his intentions were honest and that he was going to disappear from my life as soon as I would find accommodation. I had asked for nothing, but since he insisted it, I didn’t refuse.

Akbar was attracted by the splendor that came from the window. His eyes sparkled with joy. The train stopped at the station. Many people were on the sidewalks, bumped into each other to enter into the compartments. Some time in a station Alain went to buy something to eat. I gave him money so that he also bought for me.

The time was heavy. The obscurity invaded the compartment and announced the approach of the night. It was cold. The sky was overcast. I wrapped Akbar in a double knit cover and put him his cap. It started to rain. The train slowed down. The lights were lit. Outside, the landscapes dimmed in fog. Nothing was perceptible. The night approached and swallowed everything. The passengers got ready to get off. I took Akbar in my arms and tightened him to me. I was in a hurry to leave this train and feel free. I also needed to move my legs. Alain transported my luggage. The passengers bumped into in the narrow passageway that drove us to the exit. Alain walked in front of me to pave the way for me and protect me.

 

 

 

Original title : Un amour de jeunesse©Kader Rawat

Translated by ©Kader Rawat  April 2013 

Lire la suite

Un amour de jeunesse Chapitre 8

3 Mai 2013 , Rédigé par Kader Rawat

 

logo-francais.jpg

 

De même auteur

 

Cycle

 

LES GENS DE LA COLONIE

 

Tome 1

La Colonie Lointaine

Tome 2   

L’épouse et la concubine

 Tome 3

Confessions sentimentales

Tome 4

La vallée du diable

 

Cycle

 

UNE JEUNE FILLE ZARABE

 

Tome 1

Un amour de jeunesse

Tome 2

L’entreprise familiale

Tome 3

Une femme d’affaire

 

Cycle

 

LES AMANTS DE L’ÎLE BOURBON

 

Tome 1

La fille de l’Intendant

Tome 2

Les évadés de l’Île Bourbon

 

Cycle

 

MAÎTRES ET ESCLAVES

 

Tome 1

Des maîtres et des esclaves

Tome 2

Splendeurs et misères des petits colons

Tome 3

Le temps de la révolte

Tome 4

L’instigateur

 

Cycle

 

CES PAYS LOINTAINS

 

Tome 1

La belle étrangère

Tome 2

Le domicile conjugal

Tome 3

Un ange à la maison

 

Le bon vieux temps

 

Les naufragés

 

 

Toute ressemblance avec des personnages réels ne peut être que fortuite.

 

© Kader Rawat Février 2013

 

Tous droits réserves

 

Pour découvrir mes romans publiés sur Amazon Kindle cliquez ici

 

 

Je me rends à Paris

 

Je décidais de quitter Marseille. Je voulais me rendre à Paris. Sheinaz était triste de se séparer de moi et d’Akbar. Le train quittait la gare vers les neuf heures. J'avais pris place dans un compartiment où plusieurs personnes s'étaient déjà installées. C'était l'époque où les garçons portaient des cheveux longs. Ma nouvelle coupe attirait sur moi des regards remplis d'admiration. Un couple d'âge mur se trouvait sur le sofa d'en face. A côté, tout près de la fenêtre un jeune homme habillé en costume était perdu dans ses réflexions; à ma gauche un homme d'affaire avec son attaché-case posé sur ses genoux et un journal du jour grand ouvert devant lui me jetait des regards curieux. A côté de lui, un autre individu à l'aspect grave portant un chapeau regardait tout droit devant lui. J'étais toute seule sur un grand canapé avec mon fils qui dormait dans mes bras. Le train poursuivait sa cours pendant longtemps avant qu’Akbar ne se réveillât. Il avait soif. Je plongeais ma main dans le panier pour retirer le biberon que Sheinaz avait préparé le matin. Akbar buvait tout son lait avant de s'endormir. Le train roulait pendant des heures. Je regardais les grands arbres des forêts et les paysages se défilaient devant moi en essayant de tout oublier pour quelque instant. Quand nous croisions un autre train qui venait en sens inverse les bruits infernaux firent sursauter Akbar. Pendant ce long voyage le vieux couple avait à peine échangé quelques mots. L'homme passait son temps à dormir et à ronfler tandis que la femme surveillait. Elle remuait ses lèvres tout le temps. Je compris qu'elle ne cessait de prier. Elle m'avait regardée plusieurs fois et j'avais décoché à son égard un sourire pour essayer d'avoir ses sympathies et d'entamer conversation avec elle, imaginant que de cette manière je me sentirais moins seule. Elle avait continué à me regarder avec un air indifférent. Elle ne devait pas apprécier ce voyage. J'essayais de trouver un peu de sommeil. J'étais fatiguée et n'avais pas dormi pendant plusieurs nuits. Une multitude de pensées me grouillait la cervelle. J'avais très peu d'argent en ma possession. Je prévoyais déjà les dépenses qui m'attendaient dans la grande ville qu'est Paris. Je faisais des inquiétudes pour cela.

J'avais confiance que la Providence n'allait pas m'abandonner dans des moments difficiles. Je devais pouvoir me débrouiller toute seule. Je trouverais bien le moyen.

Que pouvait-il m'arriver dans la grande Métropole? Toute seule, sans argent, sans travail, sans logis, sans protection je ne voyais pas de quelle manière j'allais pouvoir m'en sortir. Je devais m’armer de beaucoup de courage. L'enfant que j'avais mis au monde était toute ma raison de vivre. C'était mon devoir de m'occuper de lui. J'étais prête à le faire.

Je ne connaissais pas Paris et avais une vague idée du genre de vie qui m'attendait. Pourrais-je trouver du travail facilement? Devrais-je éprouver de regrets d'avoir quitter le toit paternel pour me jeter si brutalement dans le monde ? Ma vie devenait difficile. Comment j'avais pu arriver jusque là? C'était inutile pour moi de regretter mes bêtises. Ce n'était pas le moment. J'avais besoin du courage pour affronter l'avenir.

Le train continuait à rouler avec le même rythme et les passagers qui se trouvaient dans le compartiment n'avaient pas bougé. La vieille dame était assoupie à côté de son mari qui dormait toujours. L'homme qui se trouvait à ma gauche était plongé dans sa lecture. Il tenait un livre volumineux grand ouvert devant lui. L'ardeur du jour me fit regarder du côté de la fenêtre. Mes regards croisaient ceux de ce jeune homme. Il me regardait également. Je devais paraître bien laide dans l'état où je me trouvais. Je n'avais pas eu le temps de me faire belle. Mes cheveux courts me faisaient drôles quand je me regardais dans un petit miroir que je retirais de mon sac à main.

En approchant Paris il ne restait pas beaucoup de personnes dans le compartiment. Le jeune homme qui se trouvait tout près de la fenêtre s'était approché de moi et me livrait conversation. J'étais contente qu'il me tienne compagnie. Je ne tardais pas à savoir qu'il s’appelle Alain et qu'il fût originaire de l'île Maurice. Il s'était rendu en Angleterre pour travailler comme infirmier dans un hôpital. Il avait accepté ce boulot qu'il n'aimait pas d'ailleurs dans le but de quitter son île pour chercher du travail comme nombreux de ses amis. Son intention était d'aider ses parents qui dépendaient beaucoup de l'argent qu'il devait les envoyer. Il avait déjà commencé à travailler dans des restaurants, dans des bistrots mais comme ses papiers n'étaient pas à jour et qu'il n'avait pas de visa ni de permis de séjour il courait toujours le risque d'avoir des ennuis avec la justice. Il avait eu des problèmes avec son patron qui avait menacé de lui dénoncer à la police. Il avait préféré quitter le pays pour éviter tout désagrément. Il avait passé quelques jours à Marseille et se rendait comme moi à Paris.

J'avais parlé très peu de moi-même. Je reconnais que dans la vie tout n'était pas bon à raconter, surtout aux gens que l'on ne connait pas. Quand Akbar se réveilla, je lui changeais sa couche, lui donnais son biberon et me postais devant la fenêtre. Alain voulait m'aider. Je lui remerciais. Je pouvais m'occuper de mon fils. Il me demandait s'il pouvait demeurer en ma compagnie à Paris. Il ne connaissait personne et cela ne lui dérangerait pas de m'aider à trouver un logement et de se rassurer que je m'étais bien installée. Je voulais lui faire comprendre que ce n'était pas la peine et que j'allais pouvoir me débrouiller. Il avait insisté et m'avait juré que ses intentions étaient bonnes et qu'il allait disparaître de ma vie aussitôt que je trouverais un logement. Je ne lui avais rien demandé mais puisqu'il insistait et que cela le fit plaisir je n’avais pas refusé.

Akbar était attiré par l'ardeur qui provenait de la fenêtre. Ses yeux étincelaient de joie. Le train s'arrêtait dans les gares. Des gens grouillaient sur les trottoirs, se bousculaient pour entrer dans les compartiments. Parfois dans une station, Alain allait acheter à boire et à manger chez des marchands. Je lui donnais de l'argent pour qu'il achète pour moi aussi.

Le temps était lourd. L'obscurité envahissait le compartiment et annonçait l'approche de la nuit. Il faisait froid. Le ciel était couvert. J'enveloppais Akbar dans une couverture de laine et lui mis son bonnet. Il avait commencé à pleuvoir. Le train ralentissait. Les lampadaires étaient allumés. Dehors, les paysages s'estompaient dans le brouillard. Rien n'était perceptible. La nuit approchait et engloutissait tout. Les passagers se préparaient à descendre. Je pris Akbar dans mes bras et le serrais fort contre moi. J'avais hâte de quitter ce train et de me sentir libre. Et puis j'avais besoin de me dégourdir les jambes. Alain transportait mes bagages. Les passagers se bousculaient dans l'étroit couloir qui nous conduisait vers la sortie. Main passait devant moi pour me frayer un chemin et pour me protéger.

Lire la suite

A love of youth Chapter 7

24 Avril 2013 , Rédigé par Kader Rawat

 

PREFACE-ENGLISH.jpg

 

To discover my complete works ‘in French’ published on Amazon Kindle, please click HERE

 

 

 

A love of youth

 

 

 

 

 

 

I drove her to the station in the afternoon, and after we said goodbye to each other, shedding tears, we separated, the heart broken and a lump in our throat. While the train took away the only friend who was important for me, I saw this part of my life fly away with sadness. My son helped me carry up my pain thanks to all the distractions I had in his company.

The discretion of the daily life to which I was not used, made me have new aspirations. I found them in this lifestyle I had to live. However, waiting at the bus stop or taking the subway began to seem ridiculous and embarrassing to me. I refused to throw myself in high life; it may be a mistake. But I had to go out to try my luck. My son would be the victim if I failed in my life. I sweat it out to support all the pains that could fall over me. If it depended on me only I would have endured the pains and the sorrows? But I could not see my son suffer without being affected. When he was sick, I panicked and even dramatized the situation. I worried a long time until his health improved. I was ready to do everything for him!

The salary I hardly earned allowed me to lead a good life. I succeeded with difficulty in saving money to cope with the unforeseen expenses. But one day, something terrible happened to me. My son fell seriously sick. I had spent all my money. I was not able to cope with the situation. The idea to steal and kill did come to my mind. I stood next to the cradle to cry because I did not know how to take care of Akbar. I decided to empty the drawers, to search in the pockets of the dirty clothes, to look in the bottom of the wardrobe to find money. It was in vain. I had jewelry. I had not hesitated to pawn them so that Akbar could see a doctor and buy some medicines.

Early in the morning, as I was walking to the bus stop, a real dangling driver proposed to take me to my workplace. I had never accepted to get into a car of unknown people. I was indifferent to the cars that slowed down or to drivers who wanted to speak to me. I had good reason to be distrustful. Every day, I read in the newspapers about rapes, indecent assaults, aggressions, murders. Every individual appeared a sex maniac, a retarded person to me. I had not trust in men since the time I was at school. I feared men except if I felt I could face them.

The influence of the society in which I lived was stronger than my will to preserve some old sheer outmoded youth principles. After Devika’s departure, I felt emptiness in my life. I dreamt nights and days of fortune and imagined a life of splendor and pomp. The salary I earned was not sufficient to allow me to live correctly. However after counting everything that was necessary to improve my conditions, I came to the conclusion that I had to quadruple my salary to be able to live as I imagined. But how could I earn such a sum? I was part of these humble employees that had got neither diplomas nor experiences nor recommendations. The limit of my salary was so low that my chief ambitions and dreams vanished forever. I had no hope to improve my professional situation. I did not intend to remain doing nothing. I had many projects to let me surpassed by life. When I decided to fight, I was facing the world alone. My strongest enemies were the men, who were responsible of my misfortunes and to whom I began to turn my look. It was only in confronting me to them that I would succeed in defeating them. Otherwise I would be a loser forever. I did not want to fail. I was ready to make substantial efforts to survive. I had abandoned my family, left fortune and happiness to embark in these adventures because of a man's mistake. What happened home when my family noticed I had disappeared? How much my parents had suffered when discovering they had lost me forever? Who was responsible for such punishments, such torments, if not a man, a man not different from the others? How could I survive? I luckily met a middle-aged man with grizzled hair in a car exhibition. He looked like these Jewish American who often came to Marseille for their vacations. But he was a Jewish Polish who set up in France after the end of the Second World War. His Polish accent confirmed my thoughts and his pace let no doubt. I learned that his wife had just died. He confided me that he was at the head of a powerful car industry. He could make me benefit many advantages if I accepted to help him to forget his sorrows. I thought he was too old for me and did not want to relieve him. I told him I was not one of these prostitutes he was searching and believed he could easily have. He confessed he knew the area well enough to distinguish new faces from the old ones. He was interested in me because I had impressed him with my pace. I had changed my "look" for some time. I had cut my hair but I also wore sunglasses. I knew it looked stylish. The beauty products, the makeup and the colors completed this transformation and transformed me in a modern girl. It was not with an old man that I would take the initiative to face men. I had the presence of mind to stay as quiet as I could be so as not to let him see my heart, I preferred to say few words during this short interview that could have disastrous consequences.

In the meantime, I had received a letter from Devika that made me an immense pleasure. She wrote she had a pleasant journey to Delhi and had no difficulty. The best moment was when she met doctor Ajay at the airport. He welcomed her with flowers. A flock of children offered her flower necklaces. Her children were very well and often spoke about me. They drove to the house. The few things she had seen in India fascinated her. She got used to the new society where she wished to spend the rest of her life. “It is a marvelous country”, she wrote, “and I wish you to come to pay a visit to me one day”. She promised to write me a long letter when she would have settled.

This letter reassured me on her situation. I was happy she enjoyed her new life. I wrote her some days later to give news and to tell her how I did all alone. I did not stop telling her how I missed her and how I was hurry to see her again.

In the evening, I wondered what retained me in Marseille. I saw one thousand possibilities for the future instead of wasting my time in this area where I certainly had nothing to do. The idea of returning to Reunion often came to my mind. What would I tell my parents after my mysterious disappearance? After more than one year of absence, I would come back with a child. Gossips that would be told about me would be sufficient to make me regret such a decision. I was aware of how the people I knew for years will speak against me, will look at me, will give me an awful reception and treat me rude. Was it not sufficient to make me move away from this world?

I often liked to dream on my future. It allowed me to see things perfectly well. I enjoyed travelling in the future to guess the consequences of the actions I planned to launch. Therefore, in case I might decide to return home, the first thing I had to do was to announce them I was well and live in France. I imagined the joy they would feel. I did not need to explain what had happened. They would be more interested to learn about my situation than my misadventures. They would be impatient to see me again. How much value a lost object can have! I would be welcomed with pump and circumstances and a big feast would be organized in my honor. But when the feast ended, when the guests left, when I stayed alone with my parents, what explanations would I give to justify this long absence? Would I be obligated to hide the truth? Would I have the courage to tell my mistakes, my madness that dishonored me? And what did I hope for the future? My parents to greet me? To forgive  me, to tell me that the principal was I was with them, that I was alright, that they loved me and that I did not have to worry, that they would protect me and that life would better than before? How would my child be considered and what consideration would be granted to him? I was afraid that my parents may not recognize my child. I would be disappointed but what could I do? I would prefer not to think of it. It would be honest to inform them by letter that I was alive. My conscience would be clear.

My job allowed me to have contact with numerous people from different social conditions. I had the opportunity to talk to all those who wanted to tell me about their life. I was informed of the problems that existed in different ways. I could not stop from extracting the moral lesson of this and show me more circumspect in my relationship with people. The reversals of life have extremely unpleasant consequences. Parents and children do not get along well anymore, divided by their ideology. The fashion and culture of the new generation rejects old traditions. Parents impose, children use. This contradiction leads to deterioration in the relationship between parents and children, coldness in the feelings. It was the beginning of a long conflict that always finished in pain and to which other difficulties of life were added. The scathes caused by those fierce conflicts do not heal quickly and scars stay forever. The least upset open them and revive the pain. Living in such condition requires courage, will and strength. How painful it is to end his life in another way than imagined. It is in difficult moments that one feels alone, isolated. In that moment, everything seems as cold and dingy as a tomb. In reality, life is the way it has to be. I wanted to avoid my life to be a failure. I did not see how I could improve my situation. It was undoubtedly necessary I could do it. It was a time when I was monopolized, overwhelmed such as a patient who suffers psychic unrest. I asked Shenaz to stay the night to take care of Akbar. I sometimes heard at night strange noises and screams that made Shenaz hurry to my room to reassure me. I worked more than usually recently. I went home extremely late, burned-out. I lacked distractions. I needed to go out and meet people.

 

 

 

 

Original title : Un amour de jeunesse©Kader Rawat

Translated by ©Kader Rawat  April 2013 

 

Lire la suite

Un amour de jeunesse Chapitre 7

22 Avril 2013 , Rédigé par Kader Rawat

Preface-blog.jpg

De même auteur

 

Cycle

 

LES GENS DE LA COLONIE

 

Tome 1

La Colonie Lointaine

Tome 2   

L’épouse et la concubine

 Tome 3

Confessions sentimentales

Tome 4

La vallée du diable

 

Cycle

 

UNE JEUNE FILLE ZARABE

 

Tome 1

Un amour de jeunesse

Tome 2

L’entreprise familiale

Tome 3

Une femme d’affaire

 

Cycle

 

LES AMANTS DE L’ÎLE BOURBON

 

Tome 1

La fille de l’Intendant

Tome 2

Les évadés de l’Île Bourbon

 

Cycle

 

MAÎTRES ET ESCLAVES

 

Tome 1

Des maîtres et des esclaves

Tome 2

Splendeurs et misères des petits colons

Tome 3

Le temps de la révolte

Tome 4

L’instigateur

 

Cycle

 

CES PAYS LOINTAINS

 

Tome 1

La belle étrangère

Tome 2

Le domicile conjugal

Tome 3

Un ange à la maison

 

Le bon vieux temps

 

Les naufragés

 

 

Toute ressemblance avec des personnages réels ne peut être que fortuite.

 

© Kader Rawat Février 2013

 

Tous droits réserves

 

 

 

 

 

 

Je cherche de nouvelles aspirations

 

J'étais allée la déposer à la gare dans l'après-midi et après que nous ayons fait nos adieux sans nous empêcher de verser abondamment de larmes nous nous séparâmes le cœur gros et la gorge serrée. Tandis que le train emportait la seule amie qui comptait beaucoup pour moi, j'apercevais se refermer cet épisode de ma vie avec la plus grande tristesse. Mon fils me permettait de remonter ce handicap par toutes les distractions que je trouvais en sa compagnie.

La discrétion de la vie quotidienne à laquelle j'étais si peu habituée, me faisait avoir pour l'existence des aspirations nouvelles que je puisais dans ce mode de vie auquel je devais me plier. En tout cas attendre sur l'arrêt-bus ou prendre le métro commençait à me paraître ridicule et même embarrassante. Mon refus de me jeter dans la vie mondaine était peut-être une erreur que je commettais. Je devais de toute manière sortir pour tenter ma chance dans le grand monde. Mon fils en serait la victime si ma vie serait un échec. Je me voyais armée de patience à supporter toutes les afflictions qui pourraient me tomber dessus s'il ne dépendait que de moi d'endurer les douleurs et les peines. Mais je ne pouvais pas voir mon fils souffrir sans que je ne sois profondément affectée. Quand il tombait malade je paniquais et même dramatisais la situation. J'étais angoissée aussi longtemps que son état de santé ne s'améliorait pas. Que n'étais-je pas prête à faire pour lui?

Le salaire que je percevais me permettait à peine de mener une vie convenable. Je parvenais difficilement à économiser de l'argent pour régler les dépenses imprévues. Une fois il m'était arrivé une chose effroyable. Mon fils tomba gravement malade quand j'avais dépensé tout mon argent. J'étais impuissante devant la situation. L'idée même de voler et de tuer ne me paraissait pas improbable. Je demeurais inerte devant le berceau à verser abondamment de larmes parce que je ne savais comment m'y prendre pour soigner Akbar. Je décidais de vider les tiroirs, de fouiller les poches des vêtements sales, de chercher dans le fond de l'armoire pour trouver de l'argent mais c'était en vain. J'avais des bijoux. Je n'avais pas hésité de les mettre en gage pour faire Akbar consulter un médecin et pour acheter des médicaments.

Tôt le matin quand je me dirigeais vers l'arrêt bus, un automobiliste bien Ballant me proposait de me déposer devant mon lieu de travail. Je n'avais jamais accepté l'idée de me voir entrer dans la voiture des personnes que je ne connaissais pas. J'étais indifférente aux voitures qui ralentissaient ou aux automobilistes qui voulaient m'adresser la parole. J'avais toute raison de me montrer méfiante Les pages des journaux m'apprenaient tous les jours sur les causes des viols, des attentats à la pudeur, des actes d'agressions, des meurtres. Chaque individu me paraissait comme un maniaque, un obsédé sexuel, un débile mental. La méfiance que j'éprouvais envers les hommes remontait jusqu'au temps où j'étais à l'école. Je craignais davantage les hommes quand je me voyais enclin de les affronter.

L'influence de la société dans laquelle je vivais était plus forte que ma volonté de préserver des vieux principes de jeunesse bien démodés. Depuis un certain temps, après le départ de Devika qui avait d'ailleurs laissé un vide dans mon existence, je ne cessais à tout moment de la journée et de la nuit de faire des rêves de fortune et de m'imaginer en train de vivre une vie de splendeur et de faste. Je commençais par apercevoir que le salaire que je touchais la fin du mois n'était pas suffisant pour me permettre de vivre convenablement. Or après avoir fait le compte de tout ce qu'il me fallait pour améliorer ma condition de vie, j'étais parvenue à la conclusion que je devais multiplier mon salaire par quatre pour pouvoir vivre comme je l'imaginais. Mais quel emploi me permettrait de percevoir de telle somme? Je faisais partie de ces employés modestes qui n'avaient ni diplômes ni expériences ni recommandations. Le plafond de mon salaire était si bas que mes grandes ambitions et mes rêves s'évanouissaient à jamais. Je n'avais aucun espoir de voir ma situation s'améliorer dans mes activités professionnelles. Je ne comptais pas rester sans rien faire. J'avais trop de projets pour me laisser surpassée par la vie. Quand je me décidais de me battre, c'était devant le vaste monde que je me trouvais et toute seule. Les pires ennemies qui m'attendaient étaient les hommes, responsable de mes malheurs et vers lesquels je commençais à tourner mon regard. Ce n'était qu'en me confrontant à eux, je me disais, que je parviendrais à les vaincre. Sinon je serais à jamais une vaincue. Je ne voulais pas essuyer un échec. J'étais prête à fournir de grands efforts pour survivre. J'avais délaissé derrière moi famille, fortune, bonheur pour m'embarquer dans ces aventures à cause de la faute d'un homme. Que s'était-il passé au sein de ma famille quand ma disparition fut constatée? Combien mes parents avaient dû souffrir en découvrant qu'ils m'avaient perdue à jamais. Qui était responsable de tels châtiments, de tels supplices, si ce n'était pas l'homme, un homme qui n'est pas différent des autres? Comment faire pour survivre? Je rencontrais par pur hasard un homme d'un âge mûr aux cheveux grisonnants dans un salon d'automobile. Il ressemblait à ces juifs américains qui venaient souvent passer leurs vacances à Marseille. Mais lui était un juif polonais établi en France depuis la fin de la deuxième guerre mondiale. Son accent polonais me donnait confirmation de son état et son allure ne me laissait aucun doute. J'apprenais que sa femme venait de mourir. Il me confiait qu'il était à la tête d'une très grande industrie automobile et qu'il pourrait me faire bénéficier de nombreux avantages si j'acceptais de l'aider à oublier ses peines. Je trouvais qu'il était bien trop vieux pour moi et ne voyais pas de quelle manière je pourrais lui apporter des soulagements. Je lui fis comprendre que je n'étais pas une de ces prostituées qu'il était assurément en quête et qu'il croyait facilement avoir. Il m'avouait qu'il connaissait très bien le quartier pour ne pas distinguer les nouveaux visages des anciens et qu'il s'intéressait à moi parce que je lui avais fort impressionné par mon allure. En vérité j'avais changé de "look" depuis un certain temps et non seulement que j'avais adopté une nouvelle coiffure mais je portais également des lunettes solaires. Je savais que cela faisait la classe. Les produits de beauté, le maquillage et les fards qui venaient compléter cette transformation me faisaient paraître comme une fille libérée de l'époque. Ce n'était pas avec un vieillard que j'allais quand même me livrer pour soi-disant dire que je prenais l'initiative d'affronter les hommes que j'avais tant redoutés. J'avais eu la présence d'esprit de demeurer aussi calme que je pourrais et, pour ne pas laisser apercevoir le mépris qui remplissait mon cœur, j'avais préféré prononcer peu de mots pendant ce court entretient qui désormais aurait une suite désastreuse.

Entre-temps j'avais reçu une lettre de Devika qui m'avait fait beaucoup plaisir. Elle m'apprit qu'elle avait effectué un voyage agréable jusqu'à Delhi et qu'elle n'avait pas rencontré des difficultés. Le plus grand moment était quand elle rencontrait le docteur Ajay à l'aéroport. Il était venu l'accueillir avec des fleurs. Une ribambelle d'enfants étaient venus l'offrir des colliers de fleurs. Ses enfants se portaient très bien et parlaient de moi très souvent dans leur conversation. Elle s'était rendue dans sa maison en voiture. Le peu de choses qu'elle avait vues en Inde l'avait fascinée. Elle commençait à s'adapter dans la nouvelle société où elle souhaitait passer le reste de ses jours. C'est un pays merveilleux, écrivait-elle, et je souhaite que tu viennes me rendre visite un jour. Elle m'avait promis de m'écrire une longue lettre quand elle serait bien installée.

Cette lettre m'avait rassurée sur la situation de Devika. J'étais contente qu'elle se plaise dans sa nouvelle vie. Je lui écrivais quelques jours plus tard pour l'informer de mes nouvelles et pour la raconter de quelle manière je me débrouillais toute seule. Je ne cessais de lui rappeler combien elle me manquait et combien j'avais hâte de la revoir.

Le soir je me demandais ce qui me retenait vraiment à Marseille. Je voyais mille possibilités d'affronter l’avenir autrement au lieu de perdre mon temps dans ce coin perdu où je n'avais absolument rien à faire. L'idée de retourner à l'Île de la Réunion me revenait souvent à l'esprit et qu’avais-je à raconter à mes parents après avoir disparu si mystérieusement? Après plus d'une année d'absence, me revoilà avec un enfant dans les bras. Tous les ragots qui allaient sortir sur mon compte suffisaient pour me faire regretter d'avoir pris de telle décision. Je connaissais très bien les gens que j'avais côtoyés pendant des années pour ne pas comprendre les langages qui seraient utilisés contre moi, les regards qui me seraient lancés, la froideur avec laquelle je serais accueillie, et la manière dont je serais traitée. N'est-ce-pas suffisant pour me faire éloigner de ce monde où mon existence n'avait aucune signification ?

J'aimais bien souvent fantasmer sur mon avenir. Cela me permettrait de voir les choses avec une certaine lucidité. J'aimais aussi voyager dans le futur pour deviner les conséquences des entreprises dans lesquelles je voulais me lancer. Donc dans le cas où j'avais décidé de retourner chez mes parents la première chose que je devais faire était de les annoncer que j'étais bien vivante et que je me trouvais en France. Ceci me faisait penser déjà à la joie dans laquelle ils allaient se trouver. Je n'avais pas besoin de ne fournir aucune explication de ce qui s'était passé. Mes parents seraient plus intéressées de savoir dans quelle situation je me trouvais que de chercher à connaître mes mésaventures. Mes parents seraient impatients de me retrouver. Combien un objet perdu ne se valorise pas à nos yeux! Je serais accueillie en fanfare et une grande fête serait organisée en mon honneur. Et puis que se passerait-il quand la fête se terminerait, quand les invités seraient partis, quand je demeurerais toute seule devant mes parents et que j'avais des comptes àrendre? Quelles explications pourrais-je donner pour justifier cette longue absence? Serais-je obligée à cacher la vérité ? Aurais-je le courage de tout raconter de mes fautes, de mes folies qui fit mon déshonneur? Et qu'espérais-je par la suite? Que mes parents me tendaient les bras? Que je les entendais dire qu'ils me pardonnaient, que l'important était que je me trouvais avec eux, que j'étais saine et sauve, qu'ils m'aimaient et que je n'avais pas de soucis à me faire, qu'ils me protégeraient et que la vie continuerait comme auparavant? Comment mon enfant serait-il considéré et quel égard lui serait accordé? Je ne pourrais jamais supporter l'idée que mes parents ne reconnaissent pas mon enfant. Je serais déçue mais que pourrais-je faire? Je préfère ne pas y penser. Je le jugeais honnête de ma part de les informer par écrit que j'existais encore. Ainsi ma conscience serait claire et tranquille.

Mon lieu de travail me permettait d'avoir contact avec nombreuses personnes de différentes couches sociales. J'eus donc l'occasion de m'entretenir avec tous ceux qui voulaient me raconter leur vie. Je parvenais de cette manière à être informée des problèmes de l'existence évoqués de différentes façons. Je ne pourrais m'empêcher d'en tirer la morale pour me montrer plus circonspecte dans mes rapports avec les gens. Les revers de l'existence ont des conséquences bien néfastes. Parents et enfants ne parviennent plus à s'entendre, entraînés chacun de leur côté par leur idéologie. Les modes et les cultures de la nouvelle génération rejetant, refusent les vieilles traditions. Quand les parents imposent les enfants disposent. Cette contradiction apporte une dégradation dans les rapports entre parents et enfants, une froideur dans les sentiments. C'est le début d'un long conflit qui termine toujours mal. Les douleurs éprouvées ensuite s'ajoutent à d'autres épreuves de la vie. Les blessures causées après ces luttes acharnées ne se referment pas sitôt et les cicatrices demeurent à jamais sensibles. Les moindres contrariétés les ouvrent et font paraître une fois de plus la plaie. Vivre dans une telle condition exige courage, volonté et force. Combien cela est douloureux de terminer son existence autrement que de ce que l'on imagine. C'est dans des moments pénibles et difficiles qu'on se sent seul, isolé. N'est-ce-pas que c'est à ce moment là que tout parait froid, lugubre comme dans un tombeau ? En vérité la vie n'est pas autrement. Je voulais éviter que ma vie soit un échec. Toute seule je ne voyais aucune chance qui pourrait me permettre de me relever de la situation où je me trouvais. Il fallait absolument que je me débrouille pour m'en sortir. Il fut un temps où j'étais accaparée, accablée telle une patiente qui souffre des troubles psychiques. Je demandais à Sheinaz de rester la nuit pour s'occuper d’Akbar. Il m'arriva même d'entendre le soir des bruits étranges et de pousser des cris qui firent Sheinaz se précipiter dans ma chambre pour me rassurer. Je travaillais plus que d'habitude ces derniers temps. Je rentrais à la maison très tard, rompue par la fatigue. Il me manquait des distractions. J'avais besoin de sortir et de connaître un peu de monde.

 

 

 

 

 

 


Lire la suite
<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 > >>