Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A love of youth Chapter 9

16 Mai 2013 , Rédigé par Kader Rawat

logo anglais

 

To discover my complete works ‘in French’ published on Amazon Kindle, please click Here

 

 

 

A love of youth

 

 

 

 

 

It was late in Paris to find a hotel room to spend the night. I relied on Alain to help me. I would be lost without him, in this city that frightened me. It was cold, and the rain had begun to fall. We took a taxi and asked the driver to take us to the nearest hotel. I did not want a luxury hotel, but a small and clean room would be sufficient.

I slept until late the following day. Alain had slipped a note under my door telling he would be absent the whole day. I went to the kiosk in front of the hotel to buy the newspapers. I had to rent an apartment. I returned to my hotel and thought how I had to continue my life. I had the impression to go round in circles and did not know how to solve my problems. I was convinced that my destiny was not good and that I had to fight to pave my path in this world. I had to recognize that I was responsible for these problems. I could not feel sorry for myself. My son gave me energy; he was the second breath I needed to face life.

Alain left the following day. I left the hotel and settled in a cheap studio. I started to work. I dropped Akbar early morning in a nursery and fetched him in the evening. On Sundays, I often walked in Paris. Akbar liked to travel a lot by the subway. My first visit to the Eiffel tower let me lovely memories.

One Sunday afternoon, I went for a walk with Akbar on the Champs-Elysées when the bad weather surprised us. The rain began to fall. We took refuge under a porch. I wanted to protect my son. He had a fragile health. As night approached, the time did not improve. I began to worry. I certainly had to go back home. The taxis did not pass into this alley. A young man passing by noticed that I was searching for a transport. He proposed to drop me off at home if I accepted. I had to make up my mind quickly. I accepted the proposition as I did not want to spend the night outside with my son under the rain. This man inspired me with confidence. His car was in the parking. He went to take an umbrella to protect us. Akbar was sleeping deeply. It was already night when I reached home.

His name was Frank, written on the jacket he covered Akbar. He forgot it at home. He would certainly come back to take it the next day. I wondered when he would knock at my door. I waited for his visit; I understood that our destiny was sealed forever. He knocked at my door on a Saturday morning. I invited him to take a coffee. I had the intention to thank him for help that he brought me last evening. The few words we exchanged made me feel lots of sympathy for him. When I told him that I was living alone with my son, he proposed to come to pick me on Sundays to visit the country. I accepted.

I used to keep the only room I lived in clean. I never let clothes lying around; the bed was made and covered with a sheet in plush I bought at a flea market not long ago. I did not live in luxury, but I was proud of my home. Akbar slept in a cradle far from the light of the day. The kitchen table was covered with a tablecloth printed with happy colors that Akbar liked to admire when he did not sleep. In the corner, an old refrigerator I only plugged on weekends snored. The television and the sofa were all my furniture and represented all my wealth and my universe. I enjoyed staying there. Since that day, Frank has become my best friend. He often paid me a visit. He came on Saturdays, and we went for dinner at the restaurant. I arranged with my neighbor who took care of Akbar. She was a student and was happy to have extra money to assume this responsibility. The image of my first love often came to disturb me in the deep feelings I had for Frank. I would have to make tremendous efforts to get rid of this black stain deeply hidden in my heart. I must confess that I hoped, without believing it, luck would give me the opportunity to see once again the first man I loved. When I noticed that they carried me with such attention and wowed to me such love, so intense, I considered myself the happiest woman in the world.  My relationship with Frank strengthened, and I could not imagine how, after several months of disappointments and difficulties, I began to appreciate the most charming moments of my life. I was so confident in the new way of life I was leading. Frank was so attentive and loved me so much that I was happier than ever.

One afternoon, Frank came home earlier. I had just arrived and held in my hand a piece of cheese that I had just cut.

"Tonight”, he told me", we will have dinner in the restaurant. Instead of wearing your apron to cook, you will wear your beautiful dress, and we will go out ".

While speaking, he dragged me on the bed, and we made love. Akbar was three years, and I dropped him in a nursery at walking distance from the house. I usually fetched him around five and a half o'clock while returning to the bakery at the corner of the street. Akbar was turbulent. At home, he gave me no moment of respite. I had to look after him while I prepared the meal. He was extremely capricious and wanted me to take care of him at all time.

While I was taking my shower, Frank had gone to take Akbar. He was happy when I put his beautiful clothes.

  "It is true mom," he asked me, "that we are going for a walk in the city with Uncle Frank?"

  A little later, we were in the car. Frank did not seem to hurry. He seemed extremely tired. We stopped in front of a monumental building and Frank took the direction of the main entry and asked us to follow him. On the third floor, we took a narrow corridor before stopping in front of a door that Frank opened with the key he has in hand.

 "This is our new home", he told me.

 It was such a surprise! I didn’t expect it. This apartment of four rooms was superb, and the cost of the rent appeared also exorbitant to me. Anyway Frank could afford such a luxury. But when it was the question to live there, I immediately thought about my liberty. The salary that I earned was limited and hardly covered my monthly expenses. However I allowed myself rare fantasies; they generally sank all my resources. I wanted to make him understand that I didn't want to leave my studio to come to live in his apartment although he insisted, telling me that he had rented it especially for me. He was angry and did not speak to me anymore during several days nor came to see me. I felt sorry and lost. I wanted to keep my autonomy. It was crucial for me.

Nevertheless Frank and I had never spoken of a common life. I appreciated my freedom and would prefer my independence. It was what I had wanted Frank to understand when he finally came home some weeks later. I never had the courage to tell him about myself before. I relate to him my story without feeling ashamed. I knew I had accomplished precisely nothing I could be proud of. Disappointments had accompanied me during all my life and had hardened my heart. I mentioned several anecdotes that had marked me and represented examples that made me think before committing myself. I had brought some changes in my life. I confessed him that I was her mistress because I passionately loved him. Our relationship was strong, and we belonged to each other. For me, it was sufficient.

 "If you want to live like husband and woman", I said, “We will waste the happiness that fills our hearts. Life made us meet and love. Why did not we take the opportunity we are offering to dedicate more time to each other? When you hear the call, you will understand that moment to accomplish your duty has arrived, and you will abandon everything. “I thank you for having rented this apartment for me. I am not ready to live here. I am sorry, Frank. I want you to know that I love you as strongly as it is possible. I will always love you with this same intensity. If you try to arrange our lives too much, we will only succeed in destroying everything. Love me as I am Frank, and accept me as I am. I will do the same to be happy."

"Why do you say that, Yasmine? My intention is not to hurt you. I want to please you."

In spite of the happiness Frank brought me, my strongest feelings belonged to Akbar. For him, I would move heaven and earth. When he was admitted at school and made friends, I often received reports from her teacher. He behaved badly and often quarreled and fought with the other pupils. I met her teacher. She advised me to see a psychologist. He had no real difficulties but needed to gain confidence in himself. The psychologist would help him.

During the winter, I took lots of precautions. The healthiness of Akbar was delicate. He hardly supported the cold weather. The care I administered to him until spring was my only secret, and it helped him to stay healthy. I used to make him take a preventive treatment throughout the season. He was treated by his doctor. Akbar liked a lot watching cartoons. He was fond of Walt-Disney. In the evening, he went to bed early.

 

 

Original title : Un amour de jeunesse©Kader Rawat

Translated by ©Kader Rawat  April 2013 

Lire la suite

Un amour de jeunesse Chapitre 9

16 Mai 2013 , Rédigé par Kader Rawat

 

logo français

Du même auteur

 

Cycle

 

LES GENS DE LA COLONIE

 

Tome 1

La Colonie Lointaine

Tome 2   

L’épouse et la concubine

 Tome 3

Confessions sentimentales

Tome 4

La vallée du diable

 

Cycle

 

UNE JEUNE FILLE ZARABE

 

Tome 1

Un amour de jeunesse

Tome 2

L’entreprise familiale

Tome 3

Une femme d’affaire

 

Cycle

 

LES AMANTS DE L’ÎLE BOURBON

 

Tome 1

La fille de l’Intendant

Tome 2

Les évadés de l’Île Bourbon

 

Cycle

 

MAÎTRES ET ESCLAVES

 

Tome 1

Des maîtres et des esclaves

Tome 2

Splendeurs et misères des petits colons

Tome 3

Le temps de la révolte

Tome 4

L’instigateur

 

Cycle

 

CES PAYS LOINTAINS

 

Tome 1

La belle étrangère

Tome 2

Le domicile conjugal

Tome 3

Un ange à la maison

 

Le bon vieux temps

 

Les naufragés

 

Du même auteur

 

Cycle

 

LES GENS DE LA COLONIE

 

Tome 1

La Colonie Lointaine

Tome 2   

L’épouse et la concubine

 Tome 3

Confessions sentimentales

Tome 4

La vallée du diable

 

Cycle

 

UNE JEUNE FILLE ZARABE

 

Tome 1

Un amour de jeunesse

Tome 2

L’entreprise familiale

Tome 3

Une femme d’affaire

 

Cycle

 

LES AMANTS DE L’ÎLE BOURBON

 

Tome 1

La fille de l’Intendant

Tome 2

Les évadés de l’Île Bourbon

 

Cycle

 

MAÎTRES ET ESCLAVES

 

Tome 1

Des maîtres et des esclaves

Tome 2

Splendeurs et misères des petits colons

Tome 3

Le temps de la révolte

Tome 4

L’instigateur

 

Cycle

 

CES PAYS LOINTAINS

 

Tome 1

La belle étrangère

Tome 2

Le domicile conjugal

Tome 3

Un ange à la maison

 

Le bon vieux temps

 

Les naufragés

 

 

Toute ressemblance avec des personnages réels ne peut être que fortuite.

 

© Kader Rawat Février 2013

 

Tous droits réserves

 

Pour découvrir mes romans publiés sur Amazon Kindle cliquez ici

  

 

 

Une rencontre fortuite

 

Il faisait tard à Paris pour trouver une chambre convenable dans un hôtel pour passer la nuit. Je comptais sur l'aide d'Alain et me disais que sans lui je serais perdue dans cette ville qui éveillait en moi de la frayeur. Il faisait froid et la pluie avait commencé à tomber. Nous avions pris un taxi et avions demandé au chauffeur de nous emmener dans l'hôtel le plus près. Je ne cherchais pas le grand luxe et une petite chambre bien propre me ferait bien plaisir.

Je dormais jusqu'à fort tard le lendemain. Alain avait glissé sous ma porte un billet en me disant qu'il serait absent dans la journée. Je me rendis dans le kiosque qui se trouvait en face de l'hôtel pour m'acheter des journaux. Je cherchais un appartement à louer. Je retournais dans mon hôtel et pensais à la manière dont je devais continuer mon existence. J'avais l'impression de tourner en rond et de ne pas savoir comment résoudre mes problèmes. Je me disais que ma destiné n'était pas bonne et que je devais me battre pour frayer mon chemin dans ce monde. Mais je devais reconnaître que j e l'avais cherché de mes propres mains, ces problèmes. Je n'avais pas de raison à me plaindre. Mon fils me permettait de trouver de l'énergie; il me procurait le second souffle qu'il me manquait pour affronter la vie.

Alain était parti le jour suivant. Je quittais l'hôtel et m'installais dans un studio pas très cher. Je commençais à travailler. Je déposais Akbar dans une garderie tôt le matin et le récupérais le soir. Je profitais des dimanches pour me promener dans Paris. Akbar aimait beaucoup voyager dans les métros. Ma première visite au pied de la tour Eiffel m'avait laissé de merveilleux souvenirs.

Un dimanche après-midi je me promenais avec Akbar aux Champs-Élysées quand le mauvais temps nous avait surpris. La pluie avait commencé à tomber. Nous avions pris refuge sous un porche. Je voulais protéger mon fils. Il avait une santé fragile. A l'approche de la nuit le temps ne s'améliorait pas. Je commençais à m'inquiéter. Je devais absolument rentrer à la maison. Les taxis ne passaient pas dans la ruelle où je me trouvais. Un jeune homme qui passait par là avait remarqué que je cherchais un transport. Il me proposait de me déposer chez moi si je le désirais. J'avais peu de temps à me décider à accepter la proposition d'un étranger si je ne voulais pas passer la nuit dehors avec mon fils par un temps pareil. Cet homme m'inspirait confiance. Sa voiture était garée dans un parking. Il était allé chercher un parapluie pour nous protéger. Akbar dormait profondément. Il faisait noir déjà quand je rentrais à la maison.

Il s'appelait Frank. Ce nom était écrit sur le blouson qui avait été utilisé pour couvrir Akbar et qui avait été oublié chez moi ce soir qu'il pleuvait des cordes. Son propriétaire devait venir le récupérer assurément dans les jours à venir. Je ne pouvais deviner quand il pouvait se présenter devant ma porte. Mais j'attendais sa visite par intuition qui me faisait aussi comprendre que le jour où il m'avait rencontrée notre destin était aussi scellé. Il frappa bien évidemment à ma porte un samedi matin. Je le priais de rentrer pour prendre un café. J'avais l'intention de le remercier pour l'aide qu'il m'avait apportée l'autre soir. Les quelques mots que nous avions échangés m'avaient fait éprouver pour lui de la sympathie. Quant il apprit que j'habitais seule avec mon fils, il me proposait de venir me chercher les dimanches pour m'emmener promener à la campagne. J'avais accepté.

J'avais pour habitude de garder l'unique pièce dans laquelle je vivais en ordre. Je ne laissais jamais traîner des vêtements; le lit était bien fait et couvert d'un drap en peluche que j'avais acheté dans une brocante pas trop longtemps. Je ne vivais pas pour ainsi dire dans le luxe mais j'étais quand même fière de mon chez moi. Akbar dormait dans un berceau loin de l'ardeur du jour. La table à manger était couverte d'une nappe imprimée de couleur joyeuse qu’Akbar aimait admirer quand il ne dormait pas. Dans l'angle un vieux réfrigérateur que je branchais les week-ends seulement ronflait. La télévision et l'unique sofa qui complétaient mes meubles représentaient toute ma richesse et mon univers. Je m'y plaisais bien. Depuis ce jour là, Frank devint mon meilleur ami. Il me rendait souvent visite. Il venait me chercher les samedis pour aller dîner au restaurant. Je m'arrangeais avec ma voisine pour qu'elle s'occupât d’Akbar. Elle était étudiante et était contente d'avoir de monnaie de poche. L'image de mon premier amour venait souvent me perturber dans les sentiments profonds que je vouais à Frank. J'aurais du déployer des efforts suprêmes pour me débarrasser définitivement de cette tâche noire qui se cachait dans le creux profond de mon cœur. Je dois toutefois avouer que j'avais gardé l'espoir, sans trop y croire, que le hasard me donnerait l'occasion de revoir au cours de mon existence le premier homme que j'avais connu. Quand je constatais que les rapports que j'entretenais avec Frank se consolidaient et qu'après plusieurs mois de déceptions et de difficultés je commençais vraiment à savourer les moments les plus exquis de l'existence, je mettais toute ma confiance dans cette nouvelle forme de vie qui se présentait à moi. Frank me portait de telle attention et me vouait un amour tellement intense que jamais avant je n'étais autant heureuse.

Un après-midi de la semaine Frank rentrait à la maison plus tôt que d'habitude. Je venais moi même d'arriver et tenait dans ma main un morceau de fromage que je venais de trancher.

– Ce soir, me dit-il, nous dînerons au restaurant. Au lieu de passer ton tablier pour entrer dans la cuisine, tu porteras ta belle robe et nous allons sortir.

En me disant cela il m'entraînait sur le lit et nous avions fait l'amour. Akbar était alors âgé de trois ans et je le déposais dans une garderie à peu de distance de la maison. Je le récupérais d'habitude vers les cinq heures et demie en me rendant à la boulangerie du coin de rue. Akbar était turbulent. A la maison il ne me donnait pas un moment de répit. Je devais le surveiller pendant que je préparais le repas. Il était très capricieux et voulait que je m'occupe de lui alors même que j'avais plein de travail à faire. Je devais me armer de beaucoup de patience pour lui faire avaler quelques bouchés d'aliments solides et nourrissants.

Pendant que je prenais ma douche, Frank était allé chercher Akbar. Il était content quand je lui misse ses beaux habits.

– C'est vrai maman, me dit-il, que nous allons nous promener en ville avec oncle Frank. Un peu plus tard nous roulions en voiture. Frank n'avait pas l'air pressé. Il démontrait tout de même des signes de fatigués. En s'arrêtant devant un grand immeuble, Frank prenait la direction de l'entrée principale en nous demandant de le suivre. Au troisième étage nous nous engageâmes dans un étroit couloir avant de nous arrêter devant une porte que Frank ouvrît avec la clé qu'il tenait dans sa main.

– C'est notre nouvelle demeure, me dit-il.

C'était la surprise que j'attendais le moins. Cet appartement de quatre pièces était superbe et le coût du loyer aussi me paraissait exorbitant. De toute façon Frank était libre de se permettre un tel luxe. Mais quand il était question que je devais venir l'habiter, j'avais tout de suite pensé à mon indépendance. Le salaire que je percevais était dans la limite de mes dépenses mensuelles. Or je me permettais bien rarement des fantaisies qui généralement engouffraient facilement les ressources. Je voulais lui faire comprendre que je ne désirais pas quitter mon studio pour venir habité dans son appartement malgré qu'il insiste à me dire qu'il l'avait loué à cause de moi. Il s'était mis en colère contre moi et ne m'avait plus adressé la parole pendant plusieurs jours ni était-il venu me voir. J'étais désolée et confondues devant cette situation. Mais je voulais garder mon autonomie. C'était très important pour moi.

Néanmoins dans aucune circonstance Frank et moi-même avions soulevé la question de mener une vie commune. Je tenais précieusement à ma liberté et préférerais mon indépendance avant toute chose. C'était ce que j'avais voulu faire comprendre à Frank quand il s'était présenté chez moi quelques semaines plus tard. Jamais je n'avais eu le courage de lui parler de moi-même avant mais ce jour qu'il s'était présenté chez moi je lui avais raconté ma vie sans éprouver la moindre honte ni la moindre pudeur malgré que je savais que je n'avais accompli jusque là absolument rien dont je pourrais en être fière. Les déceptions qui m'avaient accompagnée durant toute ma vie m'avaient endurci le cœur. J'aurais dû lui citer plusieurs anecdotes qui m'avaient les plus marquée et qui représentaient les exemples qui me donnaient matières à réflexion avant de m'engager dans quoi que se soit. Il avait apporté des transformations dans ma vie. Je lui avouais que j'étais sa maîtresse par l'amour et la passion que j'avais pour lui. Nos rapports étaient solides et nous nous appartenions l'un à l'autre. Pour moi c'était suffisant.

– En voulant vivre comme mari et femme, dis-je, nous gâcherons tous les bonheurs qui nous comblent le cœur. La vie nous a permis de nous rencontrer et de nous aimer. Pourquoi ne pas profiter des occasions qui nous sont offertes pour consacrer plus de temps à nous mêmes? Quand tu entendras l'appel qui te sera lancé d'ailleurs et auquel tu dois répondre tu comprendras que le moment d'accomplir ton devoir est venu et tu délaisseras tout. Je te remercie d'avoir loué cet appartement à cause de moi. Je ne suis pas prête à l'habiter. Je suis vraiment désolée, Frank. Maïs je veux quand même que tu saches une chose. Je t'aime aussi fort que tu ne puisses l'imaginer. Je t'aimerai toujours avec cette même intensité. En cherchant à trop arranger notre vie, nous ne parviendrons qu'à tout détruire. Aimes moi comme je suis Frank et acceptes moi telle que je suis. J'en fais moi-marne autant, ne serait-ce que pour être heureuse.

– Pourquoi me dis-tu tout cela, Yasmine? Mon intention n'a jamais été de te froisser. Je voulais te faire plaisir.

Malgré le bonheur que me procurait Frank, mes sentiments les plus profonds appartenaient à Akbar. Pour lui je remuerais le ciel et la terre. Quand il était admis à l'école et qu'il avait commencé à se faire des amis je recevais bien souvent des rapports de sa maîtresse de classe. Il avait une mauvaise conduite et se querellait souvent avec les autres élèves. Il s'était même battu à l'école. J'étais allé voir sa maîtresse. Elle m'avait conseillée de le faire suivre par le psychologue. Il n'avait pas vraiment des difficultés mais avait besoin de se mettre en confiance avec lui même. Le psychologue était bien placé pour l'aider à s'épanouir.

Pendant l'hiver, je prenais beaucoup de précaution. La santé d’Akbar était fragile. Il supportait mal le froid. Les soins que je lui prodiguais jusqu'à l'arriver du printemps demeurait mes seuls secrets qui lui faisaient garder sa bonne santé. J'avais l'habitude de lui faire suivre un traitement de prévention tout le long de la saison. Il était suivi de près par son médecin traitant. Akbar aimait beaucoup regarder les dessins-animées. Il adorait les Walt-Disney. Le soir il dormait tôt.

 

Lire la suite

A love of youth Chapter 8

3 Mai 2013 , Rédigé par Kader Rawat

 logo-anglais.png

To discover my complete works ‘in French’ published on Amazon Kindle, please click Here

 

 

 

A love of youth

 

 Chapter 8

 

 

 

I decided to leave Marseille. I wanted to go to Paris. Shenaz was sad to be separated from me and Akbar. The train left the station at nine. I sat in a compartment where several people had already taken place. It was the time when boys had long hair. My new cut draw for me looks filled with admiration. A middle-aged couple was sitting on the sofa in front of me. Next to them, near the window, a young man dressed in a suit was lost in thoughts; on the left, a business man with his attache case on his knees and a newspaper wide open gave curious looks to me. Next to him, another individual with a serious expression and a hat looked straight ahead. I was alone on a big sofa with my son who was sleeping in my arms. The train continued its course a long time before Akbar woke up. He was thirsty. I put my hand into the basket to take the bottle that Shenaz had prepared this morning. Akbar drank all his milk before falling asleep. The train ran for hours. I looked at the big trees in the forests and the landscapes while trying to forget everything. When we crossed another train coming the opposite way, the infernal noise made Akbar jump. During this long journey, the old couple hardly exchanged a word. The man spent his time sleeping and snoring while the woman watched out of the corner of her eyes. She moved her lips all the time. I understood that she didn't stop praying. She looked at me several times and I smiled to try to get her sympathy and to start talking with her, imagining I would feel less alone. She continued to look at me with disregard. She did not appreciate this journey. I tried to fall asleep. I was tired and had not slept during several nights. Many thoughts went through my brain. I had  little money. I already foresaw the expenses that waited for me in such a big city as Paris. I was concerned.

I had confidence that the Providence was not going to abandon me in difficult moments. I had to be able to do it alone. I would find a way to do.

What could happen to me in a big city? All alone, without money, without work, without lodgings, without protection, I didn't know how I was going to bail me out. I had to buckle down. My child was my reason to live. It was my duty to take care of him. I was ready to make it.

I didn't know Paris and had a slight idea of the kind of life that waited for me. Could I find work easily? Should I regret to have left home to throw me so brutally into the world? My life became difficult. How could I have arrived there? It was useless for me to regret my silliness. It was not the moment. I needed courage to face the future.

The train continued to run the same rhythm and the passengers who were in the compartment had not moved. The old lady was asleep next to her husband who still slept. The man who was on my left side was reading. He held a voluminous book wide open in front of him. The splendor of the day made me look outside the window. My eyes crossed the eyes of this young man. He also looked at me. I should look ugly at the state I was. I had no time to make me beautiful. My short hair looked strange when I looked at me in a small mirror that I took off my purse.

While approaching Paris few people remain in the compartment. The young man who was near the window approached me and talked. I was happy that he valued my company. He was called Alain and was from Mauritius. He had gone to England to work as nurse in a hospital. He had accepted this job he didn't like to leave his island and search for a job as many of his friends did. His intention was to help his parents who depended a lot on the money he sent them. He had already begun to work in restaurants, in cafés, but as his papers were not up to date and he had no visa nor residence permit he always ran the risk to have some problems with the justice. He had some problems with his boss who had threatened to denounce him to the police. He had preferred leaving the country to avoid problems. He had spent some days in Marseille and was going to Paris.

I spoke little of myself. I must admit that everything was not good to say. When Akbar woke up, I changed him into his nappy, gave him his bottle and stayed at the window. Alain wanted to help me. I thanked him. I could take care of my son. He asked me if he could stay in my company in Paris. He didn't know anybody and it would not bother him to help me to find accommodation and to be reassured that I had a lovely place to stay. I wanted to make him understand that it was useless and that I was able to manage. He insisted and swore that his intentions were honest and that he was going to disappear from my life as soon as I would find accommodation. I had asked for nothing, but since he insisted it, I didn’t refuse.

Akbar was attracted by the splendor that came from the window. His eyes sparkled with joy. The train stopped at the station. Many people were on the sidewalks, bumped into each other to enter into the compartments. Some time in a station Alain went to buy something to eat. I gave him money so that he also bought for me.

The time was heavy. The obscurity invaded the compartment and announced the approach of the night. It was cold. The sky was overcast. I wrapped Akbar in a double knit cover and put him his cap. It started to rain. The train slowed down. The lights were lit. Outside, the landscapes dimmed in fog. Nothing was perceptible. The night approached and swallowed everything. The passengers got ready to get off. I took Akbar in my arms and tightened him to me. I was in a hurry to leave this train and feel free. I also needed to move my legs. Alain transported my luggage. The passengers bumped into in the narrow passageway that drove us to the exit. Alain walked in front of me to pave the way for me and protect me.

 

 

 

Original title : Un amour de jeunesse©Kader Rawat

Translated by ©Kader Rawat  April 2013 

Lire la suite

Un amour de jeunesse Chapitre 8

3 Mai 2013 , Rédigé par Kader Rawat

 

logo-francais.jpg

 

De même auteur

 

Cycle

 

LES GENS DE LA COLONIE

 

Tome 1

La Colonie Lointaine

Tome 2   

L’épouse et la concubine

 Tome 3

Confessions sentimentales

Tome 4

La vallée du diable

 

Cycle

 

UNE JEUNE FILLE ZARABE

 

Tome 1

Un amour de jeunesse

Tome 2

L’entreprise familiale

Tome 3

Une femme d’affaire

 

Cycle

 

LES AMANTS DE L’ÎLE BOURBON

 

Tome 1

La fille de l’Intendant

Tome 2

Les évadés de l’Île Bourbon

 

Cycle

 

MAÎTRES ET ESCLAVES

 

Tome 1

Des maîtres et des esclaves

Tome 2

Splendeurs et misères des petits colons

Tome 3

Le temps de la révolte

Tome 4

L’instigateur

 

Cycle

 

CES PAYS LOINTAINS

 

Tome 1

La belle étrangère

Tome 2

Le domicile conjugal

Tome 3

Un ange à la maison

 

Le bon vieux temps

 

Les naufragés

 

 

Toute ressemblance avec des personnages réels ne peut être que fortuite.

 

© Kader Rawat Février 2013

 

Tous droits réserves

 

Pour découvrir mes romans publiés sur Amazon Kindle cliquez ici

 

 

Je me rends à Paris

 

Je décidais de quitter Marseille. Je voulais me rendre à Paris. Sheinaz était triste de se séparer de moi et d’Akbar. Le train quittait la gare vers les neuf heures. J'avais pris place dans un compartiment où plusieurs personnes s'étaient déjà installées. C'était l'époque où les garçons portaient des cheveux longs. Ma nouvelle coupe attirait sur moi des regards remplis d'admiration. Un couple d'âge mur se trouvait sur le sofa d'en face. A côté, tout près de la fenêtre un jeune homme habillé en costume était perdu dans ses réflexions; à ma gauche un homme d'affaire avec son attaché-case posé sur ses genoux et un journal du jour grand ouvert devant lui me jetait des regards curieux. A côté de lui, un autre individu à l'aspect grave portant un chapeau regardait tout droit devant lui. J'étais toute seule sur un grand canapé avec mon fils qui dormait dans mes bras. Le train poursuivait sa cours pendant longtemps avant qu’Akbar ne se réveillât. Il avait soif. Je plongeais ma main dans le panier pour retirer le biberon que Sheinaz avait préparé le matin. Akbar buvait tout son lait avant de s'endormir. Le train roulait pendant des heures. Je regardais les grands arbres des forêts et les paysages se défilaient devant moi en essayant de tout oublier pour quelque instant. Quand nous croisions un autre train qui venait en sens inverse les bruits infernaux firent sursauter Akbar. Pendant ce long voyage le vieux couple avait à peine échangé quelques mots. L'homme passait son temps à dormir et à ronfler tandis que la femme surveillait. Elle remuait ses lèvres tout le temps. Je compris qu'elle ne cessait de prier. Elle m'avait regardée plusieurs fois et j'avais décoché à son égard un sourire pour essayer d'avoir ses sympathies et d'entamer conversation avec elle, imaginant que de cette manière je me sentirais moins seule. Elle avait continué à me regarder avec un air indifférent. Elle ne devait pas apprécier ce voyage. J'essayais de trouver un peu de sommeil. J'étais fatiguée et n'avais pas dormi pendant plusieurs nuits. Une multitude de pensées me grouillait la cervelle. J'avais très peu d'argent en ma possession. Je prévoyais déjà les dépenses qui m'attendaient dans la grande ville qu'est Paris. Je faisais des inquiétudes pour cela.

J'avais confiance que la Providence n'allait pas m'abandonner dans des moments difficiles. Je devais pouvoir me débrouiller toute seule. Je trouverais bien le moyen.

Que pouvait-il m'arriver dans la grande Métropole? Toute seule, sans argent, sans travail, sans logis, sans protection je ne voyais pas de quelle manière j'allais pouvoir m'en sortir. Je devais m’armer de beaucoup de courage. L'enfant que j'avais mis au monde était toute ma raison de vivre. C'était mon devoir de m'occuper de lui. J'étais prête à le faire.

Je ne connaissais pas Paris et avais une vague idée du genre de vie qui m'attendait. Pourrais-je trouver du travail facilement? Devrais-je éprouver de regrets d'avoir quitter le toit paternel pour me jeter si brutalement dans le monde ? Ma vie devenait difficile. Comment j'avais pu arriver jusque là? C'était inutile pour moi de regretter mes bêtises. Ce n'était pas le moment. J'avais besoin du courage pour affronter l'avenir.

Le train continuait à rouler avec le même rythme et les passagers qui se trouvaient dans le compartiment n'avaient pas bougé. La vieille dame était assoupie à côté de son mari qui dormait toujours. L'homme qui se trouvait à ma gauche était plongé dans sa lecture. Il tenait un livre volumineux grand ouvert devant lui. L'ardeur du jour me fit regarder du côté de la fenêtre. Mes regards croisaient ceux de ce jeune homme. Il me regardait également. Je devais paraître bien laide dans l'état où je me trouvais. Je n'avais pas eu le temps de me faire belle. Mes cheveux courts me faisaient drôles quand je me regardais dans un petit miroir que je retirais de mon sac à main.

En approchant Paris il ne restait pas beaucoup de personnes dans le compartiment. Le jeune homme qui se trouvait tout près de la fenêtre s'était approché de moi et me livrait conversation. J'étais contente qu'il me tienne compagnie. Je ne tardais pas à savoir qu'il s’appelle Alain et qu'il fût originaire de l'île Maurice. Il s'était rendu en Angleterre pour travailler comme infirmier dans un hôpital. Il avait accepté ce boulot qu'il n'aimait pas d'ailleurs dans le but de quitter son île pour chercher du travail comme nombreux de ses amis. Son intention était d'aider ses parents qui dépendaient beaucoup de l'argent qu'il devait les envoyer. Il avait déjà commencé à travailler dans des restaurants, dans des bistrots mais comme ses papiers n'étaient pas à jour et qu'il n'avait pas de visa ni de permis de séjour il courait toujours le risque d'avoir des ennuis avec la justice. Il avait eu des problèmes avec son patron qui avait menacé de lui dénoncer à la police. Il avait préféré quitter le pays pour éviter tout désagrément. Il avait passé quelques jours à Marseille et se rendait comme moi à Paris.

J'avais parlé très peu de moi-même. Je reconnais que dans la vie tout n'était pas bon à raconter, surtout aux gens que l'on ne connait pas. Quand Akbar se réveilla, je lui changeais sa couche, lui donnais son biberon et me postais devant la fenêtre. Alain voulait m'aider. Je lui remerciais. Je pouvais m'occuper de mon fils. Il me demandait s'il pouvait demeurer en ma compagnie à Paris. Il ne connaissait personne et cela ne lui dérangerait pas de m'aider à trouver un logement et de se rassurer que je m'étais bien installée. Je voulais lui faire comprendre que ce n'était pas la peine et que j'allais pouvoir me débrouiller. Il avait insisté et m'avait juré que ses intentions étaient bonnes et qu'il allait disparaître de ma vie aussitôt que je trouverais un logement. Je ne lui avais rien demandé mais puisqu'il insistait et que cela le fit plaisir je n’avais pas refusé.

Akbar était attiré par l'ardeur qui provenait de la fenêtre. Ses yeux étincelaient de joie. Le train s'arrêtait dans les gares. Des gens grouillaient sur les trottoirs, se bousculaient pour entrer dans les compartiments. Parfois dans une station, Alain allait acheter à boire et à manger chez des marchands. Je lui donnais de l'argent pour qu'il achète pour moi aussi.

Le temps était lourd. L'obscurité envahissait le compartiment et annonçait l'approche de la nuit. Il faisait froid. Le ciel était couvert. J'enveloppais Akbar dans une couverture de laine et lui mis son bonnet. Il avait commencé à pleuvoir. Le train ralentissait. Les lampadaires étaient allumés. Dehors, les paysages s'estompaient dans le brouillard. Rien n'était perceptible. La nuit approchait et engloutissait tout. Les passagers se préparaient à descendre. Je pris Akbar dans mes bras et le serrais fort contre moi. J'avais hâte de quitter ce train et de me sentir libre. Et puis j'avais besoin de me dégourdir les jambes. Alain transportait mes bagages. Les passagers se bousculaient dans l'étroit couloir qui nous conduisait vers la sortie. Main passait devant moi pour me frayer un chemin et pour me protéger.

Lire la suite